October 16, 2008 / 12:02 PM / 9 years ago

LEAD 2 Citigroup a encore perdu 2,82 milliards de dollars au T3

3 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec des précisions sur les résultats, des commentaires et le cours de Bourse)

NEW YORK, 16 octobre (Reuters) - Citigroup (C.N) a publié jeudi son quatrième résultat trimestriel consécutif dans le rouge, conséquence de l'augmentation des pertes subies sur les marchés du crédit, de dépréciations d'actifs dans les produits structurés et de dégradation de la qualité du crédit.

Le géant bancaire américain a subi sur le trimestre juillet-septembre une perte nette de 2,82 milliards de dollars, soit 60 cents par action, à comparer à un bénéfice de 2,21 milliards (44 cents/action) un an plus tôt.

En excluant les activités non conservées, la perte atteint 3,42 milliards, soit 71 cents par action.

Le produit net bancaire des activités poursuivies a chuté de 23% à 16,68 milliards de dollars.

Les analystes financiers anticipaient en moyenne une perte par action de 70 cents pour un PNB de 19,42 milliards de dollars, selon Reuters Estimates.

L'action Citigroup a gagné plus de 1,5% en début de séance à Wall Street, avant de s'inscrire en baisse de 4% vers 14h10 GMT. Le titre a perdu 45% depuis le début de l'année, à comparer avec un recul de 35% de l'indice KBW des bancaires .BKX.

Dépréciations et coûts de crédit ont représenté plus de 13 milliards de dollars sur le trimestre et plus de 71 milliards sur les cinq trimestres successifs à fin septembre 2008.

Citigroup a été contraint de lever plus de 40 milliards de dollars de capitaux et a reçu 25 milliards de la part du Trésor américain, ce qui, selon des analystes, devrait lui permettre d'éviter d'avoir à chercher encore de l'argent frais pour le moment.

Le ratio Tier-1 de Citigroup, qui mesure sa capacité à couvrir ses pertes, s'est amélioré pour ressorti à 8,2% au 30 septembre contre 7,12% à la fin 2007.

Les résultats incluent notamment 4,42 milliards de dollars de dépréciations nettes liées à des crédits imobiliers, des prêts à effet de levier, des rehausseurs de crédit, des véhicules d'investissement structuré (SIV) et des obligations à taux variable (ARS).

"Personne ne comprend ce qu'il y a dans leurs comptes, ni ce qu'ils déprécient", estime Rovelli. "Personne ne peut quantifier cela, les patrons de leurs propres filiales n'y arrivent pas.

Citigroup, qui a supprimé quelque 11.000 emplois au troisième trimestre, s'est fait ravir par JPMorgan Chase & Co (JPM.N) le titre de première banque des Etats-Unis par les actifs. /MA/DR

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below