L'État pourrait devoir garantir les actifs de Natixis /Figaro

vendredi 15 mai 2009 07h45
 

PARIS, 15 mai (Reuters) - Les derniers trimestriels de Natixis (CNAT.PA: Cotation) ont relancé l'hypothèse d'une nouvelle intervention de l'État pour la filiale commune des Caisses d'épargne et des Banques populaires, rapporte le Figaro Economie dans son édition de vendredi.

Natixis a annoncé mercredi une perte de 1,839 milliard d'euros au premier trimestre, quatrième trimestre consécutif dans le rouge, contraignant ses actionnaires à une nouvelle recapitalisation de la banque à hauteur de 3,5 milliards d'euros [ID:nLD370853].

"L'aide de l'État, telle qu'elle a été calibrée cet hiver, risque de ne pas suffire", écrit le Fig Eco, citant un bon connaisseur du dossier.

Le quotidien estime qu'une nouvelle intervention pourrait prendre la forme d'une garantie publique du portefeuille d'actifs de Natixis.

"On n'y coupera pas", ajoute le Figaro Economie, citant cette fois une source proche du dossier.

Le journal rappelle que cette option permettrait d'immuniser la banque et ses maisons mères contre d'éventuelles nouvelles pertes à venir, mais précise que les mécanismes de garantie publique ou de cantonnement des actifs toxiques dans une "bad bank" ont été jusqu'ici accueillis avec méfiance à Paris, tandis que Londres, Dublin et Berlin y ont eu recours ou sont en passe de le faire.

(Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)