LEAD 1 Freddie Mac renfloué par l'Etat après une perte record

vendredi 14 novembre 2008 18h02
 

par Al Yoon

NEW YORK, 14 novembre (Reuters) - Le groupe américain de refinancement de crédits immobiliers Freddie Mac FRE.P a publié vendredi une perte nette trimestrielle record de 25,3 milliards de dollars, qui le force à faire appel au Trésor pour reconstituer ses fonds propres. La société explique que ses pertes sont liées en majeure partie à la dépréciation de crédits d'impôts reportables, ce qui sous-entend qu'elle ne renouera pas avec la rentabilité avant longtemps.

Ces charges de dépréciation ont pour conséquence une situation de fonds propres négatifs, qui oblige Freddie Mac à tirer sur la ligne de crédit mise à sa disposition par les autorités fédérales.

Le groupe explique que le marché immobilier, après avoir montré des signes de stabilisation au deuxième trimestre, s'est "dramatiquement" dégradé entre juillet et septembre.

Passé en septembre sous le contrôle des autorités fédérales pour éviter la faillite, Freddie Mac affiche pour ce trimestre une perte par action de 19,44 dollars, près de 10 fois supérieure à celle de la période correspondante de l'an dernier.

Il précise que ses fonds propres étaient, au 30 septembre, négatifs de 13,8 milliards de dollars. Son autorité de tutelle a donc soumis au Trésor une demande de capitaux d'un montant équivalent, capitaux qu'il espère recevoir du Trésor au plus tard le 29 novembre.

"Au final, ils auront besoin de recevoir davantage de fonds du Trésor pour reconstituer leurs fonds propres, qui vont encore souffrir", a commenté Malcolm Polley, responsable des investissements de Stewart Capital Advisors.

Lundi, Fannie Mae FNM.P, l'autre géant du refinancement de crédits hypothécaires, avait publié une perte trimestrielle de 29 milliards de dollars. [nLA547916]

Les deux groupes ont été placés en septembre sous le contrôle des autorités fédérales et celles-ci ont alors promis de leur apporter les capitaux nécessaires pour assurer la poursuite de leurs activités, jugée indispensable au bon fonctionnement du marché immobilier.

Freddie Mac et Fannie Mae détiennent ou garantissent en effet près de la moitié de l'ensemble des crédits immobiliers aux Etats-Unis. Or la dégradation du marché et l'agmentation des défauts de remboursement et des saisies ont provoqué une envolée de leurs coûts de financement. /MA

(Version française Marc Angrand)