14 novembre 2008 / 07:50 / il y a 9 ans

LEAD 3 Dexia vend FSA et se réorganise pour dépasser la crise

* Dexia vend FSA pour 722 millions de dollars

* Dexia lance un plan de réduction des coûts de 15% et une réorganisation du groupe

* Fortes pertes au T3, prévisions de T4 difficile

par Julien Ponthus et Matthieu Protard

PARIS, 14 novembre (Reuters) - La banque franco-belge Dexia DEXI.PA, sauvée de la faillite par l‘intervention des pouvoirs publics la fin septembre, a annoncé vendredi la vente de sa filiale américaine de rehaussement de crédit FSA et une réorganisation du groupe pour survivre à la crise financière sur fond de fortes pertes au troisième trimestre.

Dexia, qui a perdu plus de 70% de sa valorisation boursière cette année, va vendre FSA pour un total de 722 millions de dollars en cash et en actions à Assured Guaranty (AGO.N), un assureur obligataire américain, grâce au soutien des Etats belge et français.

Ces derniers vont garantir les possibles pertes du portefeuille d‘actifs à risque de 16,5 milliards de dollars de la filiale Financial Products de FSA, qui est exclue du périmètre de la vente.

Dexia assumera seule jusqu’à 3,1 milliards de dollars de pertes, bénéficiant au delà de ce montant de la garantie des Etats.

Si les pertes finales de ce portefeuille dépassent 4,5 milliards de dollars, la Belgique et la France pourront recevoir des actions de Dexia à travers une augmentation de capital.

Ce mécanisme sera soumis à l‘approbation d‘une assemblée générale extraordinaire des actionnaires de Dexia.

Le titre chutait de 9,78% à 12h20 à la Bourse de Paris, sous-performant largement un indice DJ Stoxx des banques en Europe .SX7P en hausse de près de 1,64%.

“Le marché réalise que la garantie des Etats ne sera activée qu’à partir de 3 milliards de dollars de pertes et qu‘avec les 24,7% du capital de Assured Guaranty que Dexia obtiendra comme paiement, la banque reste exposée au secteur des rehausseurs de crédit,” a commenté l‘analyste d‘un courtier américain.

Les ennuis de FSA ont terni l‘image défensive dont jouissait Dexia du fait des faibles risques associés à son premier métier, le financement des collectivités locales.

“La vente de FSA est une bonne chose pour Dexia, le prix est intéressant. Cette vente n’était pas acquise à l‘avance”, tempère néanmoins un analyste d‘une banque française.

FORTES PERTES

D‘autres observateurs financiers avaient fait valoir durant la semaine que les informations concernant FSA et la réorganisation du groupe seraient plus attentivement suivies par les investisseurs que les résultats eux-mêmes.

La perte du groupe s’élève à 1,544 milliard d‘euros au troisième trimestre contre un bénéfice net de 439 millions d‘euros dégagé à la même période l‘an dernier.

Cinq analystes interrogés par Reuters attendaient une perte comprise entre 200 millions et 1,7 milliard d‘euros, exposant ainsi les incertitudes du marché quant à l’état financier du groupe.

Les revenus sont en baisse de 78% par rapport à l‘année précédente en raison d‘un impact négatif de 1,6 milliard d‘euros de la crise financière, qui a également fait exploser un coût du risque multiplié par presque 23 depuis un an.

La banque a par ailleurs prévenu que le quatrième trimestre resterait très difficile en raison notamment du coût que devra payer la banque en échange des garanties publiques et plus généralement d‘un contexte de marché toujours dégradé.

TRANSFORMER LE GROUPE

Le nouveau conseil d‘administration, présidé par l‘ancien Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene, avait demandé le mois dernier au directeur général Pierre Mariani de présenter un plan de recentrage des activités et de réduction du risque lié à FSA.

Ce dernier a expliqué lors d‘une conférence de presse vendredi que la banque souhaitait retrouver son profil défensif qui passera notamment par une diminution des activités de trading et l‘arrêt programmé de son portefeuille obligataire.

La banque souhaite aussi se recentrer sur sa clientèle historique dans la banque de financement public, la banque de détail et la banque commerciale.

Un programme visant une réduction des coûts de 15% a également été lancé et des économies 300 millions euros auraient déjà été identifiées. Le comité de direction sera resserré pour passer de 10 à 5 membres.

Pressé de répondre sur des risques judiciaires liés à des plaintes de collectivités locales concernant des placements “toxiques”, Pierre Mariani a déclaré qu‘aucune plainte n‘avait été déposée à ce jour.

Edité par Jacques Poznanski

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below