August 14, 2008 / 11:05 AM / 9 years ago

LEAD 3 Wal-Mart - Le bénéfice monte malgré la conjoncture morose

6 MINUTES DE LECTURE

(complété avec précisions sur les ventes, cours de Bourse, déclarations d'un dirigeant)

par Nicole Maestri

NEW YORK, 14 août (Reuters) - Wal-Mart Stores (WMT.N), le numéro un mondial de la grande distribution, a annoncé jeudi une hausse de 17% de son bénéfice trimestriel et relevé sa prévision de profits pour l'ensemble de l'année, tout en soulignant que le ralentissement économique et l'inflation avaient un impact sur le comportement de ses clients.

Les prévisions présentées pour le trimestre en cours par le groupe américain montrent que ses résultats pourraient être inférieurs aux attentes de Wall Street. Et ses dirigeants, évoquant une situation économique "difficile", ont souligné la volatilité des ventes d'une semaine sur l'autre.

L'action Wal-Mart cédait 0,3% à 57,70 dollars en matinée à Wall Street, alors quer l'indice Standard & Poor's 500 .SPX abandonnait 0,23% et que l'indice S&P de la distribution .RLX progressait de 0,75%.

"Ce que nous constatons, comme beaucoup de gens dans le monde, c'est que l'économie mondiale est dans une situation difficiel", a déclaré le directeur général du groupe, Lee Scott, dans une allocution pré-enregistrée.

"Lorsque les prix de l'énergie et du pétrole montent et s'ajoutent à l'augmentation des prix de la santé et des aliments de base, cela représente une pression importante sur le client."

Il a également souligné l'évolution du comportement des consommateurs dans le contexte du ralentissement économique, ajoutant que cette évolution était en train de se propager de l'Amérique du Nord vers l'Europe et certains pays en développement.

"A Puerto Rico, les gens mangent davantage de sandwiches et au Royaume-Uni, ils font de plus en plus confiance aux marques distributeurs", a-t-il expliqué à titre d'exemple. Sur le trimestre clos fin juillet, Wal-Mart a réalisé un bénéfice net de 3,45 milliards de dollars (2,31 milliards d'euros), soit 87 cents par action, contre 2,95 milliards (72 cents/action) un an plus tôt.

Prudence Ou Ralentissement ?

Le bénéfice par action courant ressort à 86 cents, contre 75 au deuxième trimestre de l'an dernier, alors que les analystes financiers anticipaient en moyenne un résultat de 84 cents selon Reuters Estimates.

Le chiffre d'affaires trimestriel total, lui, a atteint environ 101,6 milliards de dollars, soit une hausse de 10,4% sur un an. Le C.A. réalisé à l'international a bondi de 17% à 25,26 milliards.

Aux Etats-Unis, les ventes de ses magasins ouverts depuis plus d'un an, un indicateur clé de l'évolution de l'activité, ont augmenté de 4,5%. Pour le troisième trimestre, le groupe prévoit une hausse de 1% à 2% de ce poste.

"L'inflation, dans l'alimentaire notamment, a affecté les dépenses de consommation non contraintes", explique Eduardo Castro-Wright, directeur des activités américaines du groupe. "Les clients passent plus de temps à rechercher les moyens d'en avoir plus pour leur argent."

Le trimestre écoulé a aussi été marqué par l'application du plan de relance fédéral, sous forme de remboursements d'impôts à des millions de foyers. Mais les ventes du groupe ont de nouveau baissé au cours des dernières semaines du trimestre, l'effet de ce plan de relance s'estompant.

Wal-Mart avait relevé le mois dernier sa prévision de BPA pour le deuxième trimestre, entre 82 et 84 cents par action contre 78-81 cents auparavant, en évoquant une "amélioration" des ventes.

Pour le troisième trimestre, à fin octobre, il anticipe un bénéfice par action des activités poursuivies de 73 à 76 cents, alors que le consensus ressort à 76 cents.

Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe table désormais sur un bénéfice des activités poursuivies de 3,43 à 3,50 dollars par action, contre 3,30-3,43 dollars auparavant.

Pour Joseph Feldman, analyste spécialisé de Telsey AdvisoryGroup, les investisseurs pourraient être déçus par les prévisions après la forte hausse des bénéfices au deuxième trimestre.

"Les investisseurs pourraient interpréter cela comme un facteur défavorable et ils vont chercher à savoir si la société est exagérément prudente ou si c'est la conjoncture qui ralentit", a-t-il expliqué à Reuters par courrier électronique. "Si c'est la conjoncture qui ralentit, c'est une mauvaise nouvelle pour l'ensemble des distributeurs." /MA

Nicole Maestri, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below