14 avril 2009 / 09:54 / il y a 9 ans

Goldman Sachs multiplie les bonnes nouvelles, dope les bancaires

* Résultat net de $1,66 milliard au T1, plus que prévu

* La banque a perdu 1,03 milliard de dollars en décembre

* Augmentation de capital de $5 milliards pour rembourser l‘aide fédérale par anticipation

* $168.900 réservés en moyenne par employé sur le trimestre, soit une augmentation des rémunérations de 35%

* Les bancaires au plus haut de 13 semaines en Europe

NEW YORK/FRANCFORT, 14 avril (Reuters) - Goldman Sachs Group (GS.N) a publié lundi soir, avec un jour d‘avance, un bénéfice trimestriel nettement supérieur aux attentes et annoncé une augmentation de capital de cinq milliards de dollars pour rembourser par anticipation l‘aide publique qu‘elle a reçue.

Cette double bonne nouvelle dope les valeurs bancaires mardi en Europe, dont l‘indice sectoriel .SX7P s‘adjuge plus de 6% en fin de matinée, à un plus haut de 13 semaines

Le titre Goldman Sachs coté à Francfort (GS.F) fait un bond de près de 8%, comme celui de JP Morgan (JPM.F) (JPM.N), tandis que l‘action Citigroup TRV.F (C.N) flambe de 32%. Pour le trimestre clos le 27 mars, Goldman a fait état d‘un résultat net de 1,66 milliard de dollars, sur un chiffre d‘affaires en hausse de 13% à 9,43 milliards. Par action, le net ressort à 3,39 dollars, alors que le marché n‘attendait en moyenne que 1,49 dollar, selon Reuters Estimates. [ID:nLD706007]

Certains y voient un signe de stabilisation de l‘industrie bancaire, après la bonne suprise des solides résultats trimestriels de Wells Fargo (WFC.N) jeudi dernier.[ID:nL9957493]

“C‘est un nouveau signe qui montre que le pire est passé pour le secteur financier”, a commenté Keith Wirtz, responsable des investissements chez Fifth Third Asset Management.

Pour autant, Goldman Sachs a dit avoir perdu un milliard de dollars en décembre, essentiellement des pertes sur trading et sur investissement. Le dernier mois de 2008 a été publié séparément et pour la première fois car Goldman et Morgan Stanley ont tous deux décidé de calquer désormais leur exercice fiscal sur l‘année calendaire.

AUGMENTATIONS DE SALAIRES

Entre les pertes de décembre et le profit substantiel affiché à fin mars, la valeur comptable réelle par action ordinaire est restée quasiment inchangée pour Goldman par rapport à son niveau de la fin novembre, à 88,02 dollars.

La “valeur au risque” de Goldman - mesure qui permet de mesurer le risque pris par les banques en tenant compte des engagements dans les produits dérivés - a fait un bond à 240 millions de dollars au premier trimestre 2009, contre 157 millions sur les trois mois à fin février 2008, ce qui implique que la banque a pris davantage de risques de trading.

Les analystes estiment que Goldman a navigué mieux que beaucoup d‘autres entre les écueils de la crise financière.

Mais certains notent que la banque aura peut-être du mal à s‘affranchir du contrôle du Trésor, même si elle rembourse les 10 milliards de dollars d‘aide publique qu‘elle a reçue grâce à l‘augmentation de capital de cinq milliards annoncée lundi soir.

Etant donné sa taille et son importance dans le système financier, les régulateurs pourraient être tentés de garder un oeil vigilant sur Goldman, résume le consultant Seamus McMahon.

“Est-ce que c‘est plutôt du marketing ou est-ce que cela lui donnera vraiment une liberté opérationnelle”, s‘interroge-t-il.

Pour ajouter au dilemme des régulateurs, le souci de Goldman de rembourser l‘aide fédérale pourrait inciter d‘autres banques en moins bonne santé à chercher à faire de même.

Le danger est de voir émerger un marché à deux vitesses, avec Goldman, Wells Fargo et d‘autres suffisamment solides pour survivre sans aide d‘Etat et d‘autres comme Citigroup (C.N) qui resterait sous perfusion, notent des analystes.

Signe de sa volonté de retrouver toute son indépendance, Goldman Sachs a annoncé qu‘il avait réservé 168.901 dollars par employé en moyenne pour les rémunérations sur la période de janvier à mars, une augmentation de près de 35% par rapport aux salaires versés au premier trimestre 2008.

Ce chiffre pourrait faire grincer des dents du côté de la Maison blanche et du Capitole, la période étant plutôt à la modération salariale à Wall Street.

Les salariés de Goldman figurent traditionnellement parmi les mieux payés de Wall Street. Si la banque continue à payer ses employés aussi bien qu‘au premier trimestre, le salaire moyen annuel sera de plus de 675.000 cette année chez Goldman.

A titre de comparaison, le salaire moyen annuel était de 38.611 dollars en 2007 aux Etats-Unis.

Le Wall Street Journal écrivait lundi soir que 953 employés de Goldman, soit environ 1 salarié sur 30, avaient été payés plus d‘un million de dollars l‘an dernier.

Paritosh Bansal, Dan Wilchins, version française Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below