1 septembre 2011 / 12:27 / il y a 6 ans

LEAD 1-Lagardère dégringole en Bourse après son profit warning

* Lagardère sabre sa prévision de résultat opérationnel 2011 * Publie des semestriels dévevants, plombés par le sport

* Le titre a perdu jusqu'à près de 16%

PARIS, 1er septembre (Reuters) - Lagardère (LAGA.PA) dégringole jeudi à la Bourse de Paris après avoir annoncé la veille qu'il était contraint de revoir en forte baisse sa prévision de bénéfice opérationnel pour 2011.

Le conglomérat dirigé par Arnaud Lagardère a essuyé une baisse plus forte que prévu de son Résop média au premier semestre (-6,9% à changes constants), pénalisé principalement par la contre-performance de son pôle sport, la plus petite des divisions du groupe. (voir [ID:nLDE77O0NN])

A périmètre constant, le groupe de médias ne prévoit plus qu'une croissance légèrement positive alors qu'il ambitionnait précédemment d'atteindre une hausse de l'ordre de 10%.

Vers 13h30, le titre chute de 9,7% à 21,4850 euros dans des volumes représentant déjà près de trois fois leurs niveaux quotidiens des trois derniers mois. L'action a perdu en matinée jusqu'à 20 euros (-15,98%), renouant alors avec ses niveaux de mars 2009.

La chute du titre est accélérée par des éléments techniques, l'action ayant enfoncé à la baisse un support technique important à 21,5 euros.

"L'ampleur du warning est un choc et nous conduit à abaisser encore davantage nos estimations", commente Richard Houbron, analyste à Cheuvreux.

"Notre crainte est que ce warning pourrait avoir encore davantage entamé la crédibilité du management alors que le manque de catalyseurs perdure", ajoute-t-il.

LES PROJETS DE CESSION PIÉTINENT

Plusieurs brokers ont abaissé leur recommandation sur le titre : CM-CIC est passé d'accumuler à conserver, tandis que Barclays conseille désormais le titre à pondération en ligne contre surpondérer. Nomura, Natixis et Kepler ont en outre abaissé leur objectif de cours.

Dans une note intitulée "Double dose de mauvaises nouvelles", les analystes de Barclays soulignent que le groupe a également conditionné un éventuel retour exceptionnel aux actionnaires à la réalisation de nouvelles cessions d'actifs.

Or le gérant commandité Arnaud Lagardère a précisé lors de la conférence téléphonique qui a suivi la publication des résultats qu'il n'envisageait pas de céder ses 7,5% dans EADS EAD.PA avant la fin 2012. L'autre projet de cession important du groupe, l'introduction en Bourse de ses 20% dans Canal+ France, est par ailleurs au point mort.

"Notre recommandation à l'achat était fondée en grande partie sur ces retours en cash que le management a désormais reporté sine die", expliquent les analystes.

"Lagardère est un titre bon marché mais avec une dynamique négative en termes de résultats et aucun catalyseur", ajoutent-ils.

Gwénaelle Barzic, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below