5 août 2011 / 10:35 / dans 6 ans

LEAD 1-Moody's abaisse la dette de Lafarge en catégorie "junk"

* L‘agence déclasse la dette d‘un cran à Ba1

* Elle l‘avait placée sous revue mardi

* L‘action Lafarge perd 2%

PARIS, 5 août (Reuters) - Moody’s a annoncé vendredi abaisser la note de la dette du cimentier Lafarge LAFP.PA dans la catégorie spéculative, cinq mois après une décision similaire de la part de l‘agence Standard & Poor‘s.

Dans un communiqué, Moody’s a abaissé d‘un cran sa note de “Baa3” à “ Ba1”, premier cran dans la catégorie “junk”, décision assortie d‘une perspective stable.

L‘agence avait prévenu mardi qu‘elle avait placé sous revue les notes du numéro un mondial du ciment en raison notamment d‘un ratio dette nette sur bénéfice d‘exploitation (Ebitda) calculé à 4,6 alors qu‘il faut un ratio de 3,6 pour une note en catégorie investissement.

“La performance opérationnelle de Lafarge a été plus faible au cours des six premiers mois de son exercice fiscal 2011 que lors de la même période en 2010. De plus, la tendance négative s‘est accélérée au deuxième trimestre”, relevait alors Stanislas Duquesnoy, analyste chez Moody‘s.

En mars, Standard & Poor’s a abaissé sa note sur Lafarge à “BB+”, premier cran dans la catégorie “junk” de l‘agence, les incertitudes entourant les perspectives d‘activité suscitant toujours dans l‘esprit de l‘agence des interrogations sur le niveau de l‘endettement du groupe.

Lafarge a depuis annoncé d‘importants désinvestissements mais a laissé peu d‘espoir la semaine dernière sur une hausse de ses profits en 2011 lors de la publication de ses résultats semestriels. (voir [ID:nLDE76L03Y] et [ID:nLDE76Q0C1])

La dette de Lafarge, héritée en grande partie de l‘acquisition de l’égyptien Orascom en 2008, atteignait 14,3 milliards d‘euros à la fin du premier semestre.

Fitch, pour sa part, note actuellement encore le groupe à “BBB-”, dernier niveau avant la catégorie spéculative.

A 12h30, l‘action Lafarge perdait 2,08% à 31,08 euros, dans un contexte de marché pénalisé par les craintes de rechute de l’économie mondiale et d‘extension de la crise de la dette. L‘indice du secteur européen .SXOP cédait 0,8%.

Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below