Le CIC déprécie de E70 mlns sa dette souveraine grecque au S1

jeudi 28 juillet 2011 17h59
 

PARIS, 28 juillet (Reuters) - Le Crédit industriel et commercial (CIC) (CC.PA: Cotation) a rapporté jeudi un résultat net en recul de 3% sur le premier semestre 2011, après avoir notamment passé une dépréciation de 70 millions d'euros sur la dette grecque qu'il détient dans ses comptes.

La filiale du Crédit mutuel indique dans un communiqué qu'en tenant compte de cette dépréciation, elle détient désormais pour 448 millions d'euros de dette souveraine grecque.

D'après les chiffres de la Banque des règlements internationaux, les banques françaises sont exposées à la dette publique de la Grèce à hauteur de 15 milliards d'euros.

Les dirigeants de la zone euro se sont mis d'accord le 21 juillet sur un deuxième plan d'aide à la Grèce d'un montant total de 109 milliards d'euros.

Le secteur privé, détenteur d'obligations souveraines grecques, sera mis à contribution à hauteur de 37 milliards d'euros. L'accord prévoit que les banques et assureurs européens subiront une décote de 21% sur la dette grecque qu'ils détiennent. (voir [ID:nLDE76K1SY] et [ID:nLDE76L18M])

"Le CIC a constaté une charge nette d'impôt de 70 millions d'euros sur son portefeuille de titres concernés par le plan de soutien", explique la banque.

Du coup, le bénéfice net du CIC ressort à 521 millions d'euros pour les six premiers mois de l'année contre 539 millions un an plus tôt.

Son produit net bancaire a augmenté de 1,85% sur la période avec des charges en hausse de 4,5%.

Ses provisions pour risques de pertes sur le crédit sont de leur côté en recul de 4%.

(Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot)