29 juillet 2011 / 04:48 / il y a 6 ans

LEAD 3-EDF-Objectifs moyen terme mais pas un mot sur les tarifs

* S1 en hausse, les résultats vont continuer à croître d‘ici à 2015

* Pas de précisions sur les hausses de tarifs en France

* 13 à 15 mds d‘euros d‘investissements nets en 2015

* Le titre baisse

(Actualisé avec conférence, commentaire de trader et cours)

par Benjamin Mallet

PARIS, 29 juillet (Reuters) - EDF (EDF.PA) a publié vendredi des résultats en hausse au premier semestre à données comparables et s‘est fixé des objectifs de croissance à moyen terme attendus de longue date par le marché.

L’électricien public, pénalisé ces derniers mois en Bourse par l‘absence de visibilité sur ses hausses de tarifs, ne s‘est cependant pas prononcé sur se sujet hautement sensible à l‘approche de l’élection présidentielle.

“C‘est un sujet politique, les prix sont régulés en France. Vous conviendrez qu‘il m‘est difficile de donner une visibilité sur la pente des tarifs à la place du gouvernement”, a déclaré lors d‘une conférence avec la presse et les analystes le PDG d‘EDF, Henri Proglio.

Dans le cadre de la réforme du marché français mise en oeuvre depuis le 1er juillet, censée développer la concurrence en donnant aux rivaux d‘EDF un accès à son électricité d‘origine nucléaire, Henri Proglio a cependant répété qu‘il serait “logique” que le prix de vente de cette énergie atteigne 46 euros par mégawattheure en 2015, contre 40 euros actuellement et 42 euros à partir du 1er janvier 2012. EDF a annoncé qu‘il visait pour la période 2011-2015 une croissance annuelle moyenne comprise entre 4% et 6% de son résultat brut d‘exploitation (Ebitda), à périmètre et change constants, et dans une fourchette de 5% à 10% pour le résultat net courant.

EDF vise également un ratio endettement financier net sur Ebitda inferieur à 2,5 et un taux de distribution de 55 à 65%, ainsi que des investissements nets compris entre 13 et 15 milliards d‘euros en 2015, contre 11 à 11,5 milliards prévus cette année et 10,5 milliards en 2010.

“CRÉDIBILITÉ”

Le groupe, qui cherche à diversifier son mix énergétique et ses implantations géographiques, a indiqué en mai qu‘il visait 200 gigawatts (GW) de capacités en 2020 contre environ 150 GW actuellement, dont 50% dans le nucléaire, 25% dans le thermique (gaz, charbon) et 25% dans l‘hydraulique et les autres énergies renouvelables. (voir [ID:nLDE74N1CT])

L’électricien prévoit par ailleurs que son programme d‘efficacité lui permettra d‘enregistrer d‘ici 2015 des gains de plus de 2,5 milliards d‘euros par rapport à 2010.

A 12h00, ces annonces ne suscitent guère l‘enthousiasme en Bourse, le titre EDF affichant un repli de 1,35% à 26.64 euros qui porte sa baisse à 13,2% depuis le début de l‘année après un plongeon de 26% en 2010.

“EDF a comme attendu présenté ses objectifs à moyen terme mais sans donner de détails sur son scénario de tarifs en France, un important facteur de crédibilité de la prévision”, a relevé un trader basé à Paris.

Après retraitement des données de 2010 pour tenir compte des cessions, EDF a enregistré au premier semestre 2011 un résultat net part du groupe de 2.554 millions d‘euros (+139% en organique), un résultat net courant de 2.629 millions (+12,5% en organique), un Ebitda de 8.616 millions (+6,2% en organique) et un chiffre d‘affaires de 33.464 millions (+2,7% en organique).

Selon le consensus réalisé par le groupe, les analystes attendaient en moyenne un résultat net courant de 2.429 millions d‘euros, un Ebitda de 8.580 millions et un chiffre d‘affaires de 33.508 millions.

OBJECTIF DE PRODUCTION NUCLÉAIRE RELEVÉ

La croissance de l‘Ebitda au premier semestre est notamment portée par les bonnes performances opérationnelles de la France, où le groupe a amélioré la performance de son parc nucléaire. EDF a en outre relevé sa fourchette d‘objectif de production nucléaire pour l‘année 2011 à un niveau de 411 à 418 térawatts-heure (TWh), contre un objectif de 408 TWh à 415 TWh précédemment.

Pour 2011, il vise toujours une croissance organique de son Ebitda comprise entre 4% et 6% et un dividende au moins équivalent à celui versé au titre de 2010.

Il table également sur un ratio d‘endettement financier net/Ebitda compris entre 2,1 et 2,3 en intégrant le rachat des minoritaires d‘EDF Energies nouvelles.

Henri Proglio a en outre souligné que l’électricien français avait “une ambition forte” pour l‘italien Edison EDN.MI, dont il négocie la prise de contrôle. [ID:nLDE76K16I]

* Voir aussi:

Le communiqué des résultats: link.reuters.com/zus82s

Les principales données financières du groupe :

link.reuters.com/jux48r

Avec la contribution de Blaise Robinson, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below