CONSENSUS-Lafarge - Stabilité du CA attendue au T2, Ebit -7,5%

mardi 26 juillet 2011 14h03
 

 PARIS, 26 juillet (Reuters) - Lafarge LAFP.PA. Résultats
du deuxième trimestre (en millions d'euros, sauf indication
contraire).
 Date et heure de publication: jeudi 28 juillet à 7h00.
 Conférence analystes à 9h00.
 Nombre d'analystes interrogés pour le consensus I/B/E/S
Thomson Reuters: 11 pour le CA et cinq pour l'Ebit 
 
                 CA            ROC
moyenne           4.415          773,60
plus haut         4.556          810
plus bas          4.214          737
----------------------------------------
2010 (publié)     4.436          836
Variation
(moyenne)         -0,5%        -7,5%
 
 ACTIVITÉ : Numéro un mondial du ciment et numéro deux du
béton, numéro trois du plâtre jusqu'aux récentes cessions
annoncées dans cette dernière branche d'activité.
 
 RAPPEL DES OBJECTIFS DU GROUPE :
 * Le groupe anticipe une reprise de la demande globale de
ciment en 2011 et table sur une croissance du marché comprise
entre 2% et 5%.
 * Lafarge compte réduire cette année de plus de deux
milliards d'euros une dette jugée trop importante par les
agences de notation, pour moitié par une baisse du dividende et
des investissements, et pour l'autre par des désinvestissements.
 * Dans ce but notamment, le groupe s'est fixé pour objectif
de céder pour au moins 750 millions d'euros d'actifs non
stratégiques en 2011. Avec trois opérations déjà réalisées,
notamment dans le plâtre, il est parti pour dépasser
sensiblement ce chiffre. (voir [ID:nLDE76L03Y])
  
 CE QUE LE MARCHÉ ATTEND :
 1 - Un point sur l'évolution des coûts de l'énergie, estimée
jusqu'ici à +10% sur l'année. La facture énergétique, conjuguée
aux troubles politiques en Egypte en début d'année, a conduit au
premier trimestre à une baisse du résultat opérationnel courant
de Lafarge alors que les volumes avaient rebondi.
 2 - Le niveau de la dette à la fin du semestre et un
chiffrage plus précis de l'impact net des désinvestissements
annoncés. L'endettement de Lafarge dépassait 14,2 milliards
d'euros à la fin du premier trimestre.
 (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)