12 juillet 2011 / 16:29 / dans 6 ans

LEAD 2-L'Oréal ralentit la cadence au 2e trimestre

* Une croissance organique nettement inférieure aux attentes

* L‘Europe de l‘Est en baisse

(Actualisé avec détails, conférence téléphonique)

par Pascale Denis

PARIS, 12 juillet (Reuters) - L‘Oréal (OREP.PA) a annoncé mardi un chiffre d‘affaires en progression limitée à seulement 0,9% au deuxième trimestre en raison d‘une baisse de ses ventes en Amérique du Nord et en Europe de l‘Est.

Le numéro un mondial des cosmétiques, propriétaire de L‘Oréal Paris, Garnier, Lancôme, Armani ou Yves Saint Laurent Beauté, a vu ses ventes totaliser 4,99 milliards d‘euros.

En données comparables, la croissance ressort à 4,6%, marquant le pas par rapport aux 5,8% du premier trimestre, et s‘inscrivant nettement au-dessous des attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur une croissance organique comprise entre 5,5% et 6,0%.

Le groupe, qui ne donne pas de prévision pour l‘ensemble de l‘exercice, confirme simplement être confiant dans sa capacité à faire mieux que le marché mondial des cosmétiques en 2011 et à faire progresser ses ventes comme ses résultats.

L‘Oréal table sur une croissance du marché mondial d‘environ 4% cette année.

Le groupe a bénéficié d‘une très solide dynamique de sa division de produits de luxe (+9,5% en données comparables), malgré des performances jugées décevantes pour YSL.

Lors d‘une conférence téléphonique, Jean-Paul Agon s‘est dit “déçu” par le lancement de “Belle d‘Opium”, la nouvelle version du mythique parfum lancé par Saint Laurent dans les années 1970, tout en affichant sa confiance pour le reste de l‘année grâce notamment au lancement d‘un nouveau parfum masculin “L‘Homme Libre” prévu à la fin de l’été.

CALENDRIER DE LANCEMENTS

Les ventes des produits grand public ont signé une hausse de 4,0% et celles des produits professionnels (Kerastase), destinés aux salons de coiffure, ont été limitées à 1,2%.

Les produits de “cosmétique active” (Vichy, La Roche Posay), vendus dans les pharmacies et parapharmacies, ont eux aussi modestement progressé de 1,2%.

Les marchés émergents (35% des ventes) ont encore une fois tiré la hausse (+8,6%), avec cependant une nette contre-performance de l‘Europe de l‘Est, où le chiffre d‘affaires a chuté de 5,4% en données comparables.

Ce recul s‘explique par “une situation économique difficile dans cette région du monde”, a précisé Jean-Paul Agon.

En Amérique du Nord, premier marché de L‘Oréal, le chiffre d‘affaires a chuté de 4,9% en données publiées, mais a progressé de 4,4% en données comparables.

L‘Oréal y a pâti d‘une faiblesse des ventes aux distributeurs et n‘a “en rien souffert dans ses parts de marché”, a tenu à préciser le PDG.

Le groupe a aussi été pénalisé outre-Atlantique par un calendrier de lancements moins fourni au premier semestre et s‘est dit “très confiant” pour le deuxième semestre et pour l‘ensemble de l‘année.

En Europe de l‘Ouest, qui compte pour 37% du chiffre d‘affaires et pour plus de 50% du résultat opérationnel du groupe, les ventes ont seulement grappillé 1,2%, une atonie qui laisse planer des interrogations sur l’évolution des marges. La valeur a fini à 87,89 euros à la Bourse de Paris mardi, signant une hausse de 6% depuis le début de l‘année.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below