4 juillet 2011 / 15:58 / il y a 6 ans

GRAPHES DU JOUR - Défensives ou cycliques, les cartes rebattues

4 juillet (Reuters) - Les valeurs refuges ne sont plus ce qu'elles étaient.

La crise financière qui a écorné le statut d'actifs sans risque des dettes souveraines met en effet également à mal les valeurs dites défensives censées protéger les investisseurs en période de conjoncture défavorable.

La persistance du chômage dans la plupart des pays matures, la nécessité pour les ménages de réduire leur endettement dans nombre d'entre eux entravent la consommation.

Le retour de l'inflation alimenté par la hausse des prix des matières premières jusqu'à la fin de l'année dernière rogne aussi le pouvoir d'achat.

La pression concurrentielle dans de nombreux secteurs qui s'adressent directement au consommateur final limite les possibilités de lui faire supporter les hausses de coûts.

Des secteurs traditionnellement considérés comme peu exposés au cycle connaissent ainsi une baisse de leur marge accompagnée dans certains cas d'un recul du chiffre d'affaires et leurs grands acteurs se voient contraints à des avertissements sur résultat.

La chaîne belge de supermarchés discount Colruyt (COLR.BR), qui a fait état la semaine dernière d'un résultat 2010/2011 inférieur aux attentes et dévissé de 13% en Bourse dans la foulée, a expliqué ne pouvoir facturer la hausse des prix des matières premières qu'en partie et avec du retard au consommateur dans un climat inflationniste et très concurrentiel.

Peu auparavant, le groupe Carrefour (CARR.PA), avait dit s'attendre à une baisse de 35% de son résultat opérationnel courant en France alors que sa décision de relever ses prix de vente en mars d'environ 2% n'a pas été suivi par ses grands concurrents comme Intermarché ou Leclerc. Là encore la sanction du marché a été immédiate.

Les prévisions à 12 mois de chiffre d'affaires et de marge dans le secteur de la distribution européenne sont en repli, ce qui peut expliquer l'âpreté de la lutte de certains acteurs pour s'assurer des relais de croissance comme l'illustre la bataille entre Casino (CASP.PA) et Carrefour au Brésil. [ID:nLDE763038]

Graphique sur l'évolution attendue du CA et de l'EBITDA à 12 mois du secteur européen de la distribution :

here

Mais la distribution est loin d'être le seul secteur pénalisé par une exposition aux déboires des consommateurs. Le conglomérat néerlandais Philips a lancé le 22 juin un avertissement sur ses résultats du deuxième trimestre en raison notamment de la prévision d'une baisse de ses ventes de d'électronique grand public de l'ordre de quelques points de pourcentage pour la période d'avril à juin. Le titre a chuté de plus de 13% en Bourse après cette annonce.

Dans des secteurs comme les télécoms ou les services aux collectivités, les chiffres d'affaires plafonnent ou progressent modérément mais la pression concurrentielle se traduit par une stagnation (services aux collectivités) ou une érosion (télécoms) des marges.

Graphique sur les prévisions à 12 mois de CA et d'EBITDA dans les services aux collectivités et les télécoms en Europe :

here

Le secteur de la santé fait en revanche figure d'exception, la stagnation de son chiffre d'affaire s'accompagnant d'une stabilisation de ses marges à des niveaux élevés.

Graphique sur l'évolution du CA et de l'EBITDA à douze mois dans secteur européen de la santé :

here

"La distinction traditionnelle entre valeurs défensives et valeurs cycliques n'est plus le sujet, la vraie question c'est le 'pricing power', la capacité des entreprises à faire passer leurs hausses de coûts à leurs clients", relève Catherine Garrigues, responsable de la gestion actions d'Allianz Global Investors Investments Europe.

Les producteurs de biens intermédiaires comme les chimistes ou plus largement les intervenants du secteur industriel, traditionnellement considérés comme cycliques, semblent de ce point de vue bien mieux lotis.

Dans la chimie, les hausses de prix passent sans problème et chiffre d'affaires comme marges se sont envolés de conserve. Les CA comme les résultats opérationnels des industriels ont quant à eux dépassé les plus hauts de 2008 au début 2011.

Graphique sur les prévisions à 12 mois de CA et d'EBITDA dans le secteur de la chimie et pour les valeurs industrielles:

here

Claire Chaves d'Oliveira, responsable de la gestion de Groupama AM, insiste elle aussi sur la capacité des entreprises à conserver leurs marges dans un environnement macroéconomique tendu.

Elle privilégie notamment les groupes dotés de marques fortes ou bénéficiant de situation oligopolistique, citant dans la dernière lettre mensuelle de stratégie de la société de gestion l'automobile, la chimie, la santé et les valeurs industrielles.

Sources :

* Stratégie d'investissement. Second semestre 2011. Allianz Global Investors. Présentation 28 juin 2011.

* La Lettre Gestion & Stratégie. Juin 2011. Groupama Asset Management.

Sur le même thème :

ANALYSE-Le secteur de la distribution révèle une crise en Europe [ID:nLDE75N0C5] (Marc Joanny, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below