23 juin 2011 / 18:34 / dans 6 ans

LEAD 1-PSA refuse de s'engager sur un calendrier pour Aulnay-CGT

* Les syndicats pas rassurés sur l‘avenir du site

* La principale question est la compétitivité d‘Aulnay-Directeur industriel de PSA

* Nouveau rendez-vous paritaire fin juillet

par Gilles Guillaume

PARIS, 23 juin (Reuters) - PSA (PEUP.PA) a refusé jeudi de s‘engager vis-à-vis des syndicats sur un calendrier futur pour son usine d‘Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a indiqué la CGT.

Le site du constructeur automobile fait l‘objet depuis le début du mois de rumeurs de fermeture prochaine. PSA a assuré jusqu‘ici qu‘un tel projet n’était pas d‘actualité et qu‘un document interne sur un scénario de fermeture en 2014 était “caduc”, sans plus de précisions pour les années à venir.

“La direction refuse pour l‘instant de prendre par écrit des engagements à maintenir l‘ensemble des emplois sur le site d‘Aulnay au moins jusqu‘en 2016, date de la fin de la C3. La direction d‘Aulnay refuse de s‘engager par écrit à confirmer un nouveau véhicule sur le site qui serait la seule façon de le faire vivre”, a déclaré Jean-Pierre Mercier, délégué de la CGT sur le site d‘Aulnay.

“On le prend comme un aveu, une confirmation que la direction de PSA met en place son plan de fermeture de l‘usine d‘Aulnay-sous-Bois”, a-t-il ajouté à des journalistes, en marge d‘un comité central d‘entreprise extraordinaire au siège du groupe.

“La question que nous posons, c‘est ‘est-ce que le gouvernement va laisser faire PSA ?”

COMPETITIVITE SUR LE SEGMENT B

A l’échelle nationale, les syndicats n‘ont toutefois pas réussi à se mettre d‘accord sur la motion présentée par les représentants syndicaux d‘Aulnay réclamant un engagement daté de PSA. La CGT, le syndicat maison SIA et la CFDT ont voté pour, les autres se sont abstenus.

Au cours d‘une conférence de presse, le directeur industriel de PSA a martelé que l‘avenir d‘Aulnay était une question de compétivité, sans plus de détail.

“La production de nos véhicules du segment B est située à Aulnay, à Poissy, à Mulhouse mais également à Madrid et à Trnava (Slovaquie, ndlr), et nous avons une problématique globale que nous traitons globalement avec l‘ensemble de ces sites”, a déclaré Denis Martin.

“Ce n‘est pas une question de 2014 ou de 2016, la question c‘est la compétitivité des petits modèles en Europe, et particulièrement en Europe de l‘Ouest”, a-t-il ajouté. “Nous ne faisons jamais de promesses irresponsables.”

Le site d‘Aulnay, où est produite depuis 2009 la nouvelle C3, emploie 3.600 personnes. Le modèle rencontre un grand succès, mais la note interne révélée au début du mois évoquait le projet d‘un transfert progressif de la production d‘Aulnay vers Poissy.

L‘avenir de l‘usine SevelNord (2.800 personnes), objet lui aussi d‘incertitudes après l‘arrêt de la collaboration avec Fiat FIA.MI programmé pour 2017, a été peu abordé au CCE, a indiqué Jean-Pierre Mercier, et la question du site de Madrid (2.500 personnes) et de l‘arrivée sur place d‘un nouveau modèle, pas du tout.

Le prochain rendez-vous entre la direction de PSA et les syndicats est fixé fin juillet pour un comité stratégique paritaire.

Gilles Guillaume, édité par Julien Ponthus

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below