PSA/Aulnay - Varin fera le point avec les syndicats jeudi 23

jeudi 16 juin 2011 12h11
 

PARIS, 16 juin (Reuters) - Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA: Cotation), a confirmé jeudi qu'il rencontrerait la semaine prochaine les représentants syndicaux du constructeur dans la foulée de l'affaire Aulnay.

PSA a assuré la semaine dernière que la fermeture de son usine de Seine-Saint-Denis, qui emploie 3.600 personnes et où est assemblée la nouvelle C3, n'était pas d'actualité et qu'un document interne sur un tel projet révélé par la CGT était "caduc". (Voir [ID:nLDE7581MM]).

"J'ai dit ce que j'avais à dire jusqu'ici. La seule chose que je vous confirme, c'est qu'on a cette réunion du Comité central d'entreprise le 23 juin et qu'on fera le point sur la situation avec les représentants", a indiqué Philippe Varin à Reuters en marge d'une conférence sur la compétitivité du travail en France organisée par le journal les Echos.

"Il est toujours normal que le groupe se pose les questions sur ses sites, sur son implantation industrielle sur les dix prochaines années. C'est ce qui a fait l'objet de cette note, qui était une note de travail dont je ne pensais pas qu'elle serait un jour mise dans le public", a-t-il ajouté.

Le site d'informations Mediapart a publié pour sa part mardi des extraits d'un document chiffré de 94 pages allant dans le même sens que la note de la CGT. Ce document, présenté à l'été 2010, est intitulé "proposition d'un scénario industriel pour permettre un ajustement capacitaire". Aulnay y est présenté comme un site pouvant faire l'objet d'une fermeture dès 2014.

La CGT entend demander jeudi prochain à la direction de s'engager par écrit à travers un accord à maintenir tous les emplois et tous les salaires au moins jusqu'en 2016 pour l'ensemble des salariés de PSA Aulnay. La date de 2016 correspond à la durée de vie habituelle d'un modèle. La nouvelle Citroën C3 a été lancée à l'automne 2009.

Interrogé par ailleurs sur l'avancée du processus d'autorisation par Pékin du deuxième projet de coentreprise de PSA en Chine, avec le constructeur Chang'an, attendue d'ici l'été, Philippe Varin a répondu qu'il restait "tout à fait optimiste", sans autre précision.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)