9 juin 2011 / 06:03 / dans 6 ans

LEAD 3-Rémy, porté par le cognac, choie ses actionnaires

* Résultat opérationnel courant en hausse de 17,6%

* Forte réduction de la dette

* Dividende exceptionnel de 1,0 euro

* Le groupe à la recherche d‘une acquisition

(Actualisé avec précisions)

par Pascale Denis

PARIS, 9 juin (Reuters) - Rémy Cointreau (RCOP.PA) a annoncé jeudi un résultat opérationnel courant annuel en forte hausse grâce à un bond de ses marges dans le cognac, doublé d‘une importante réduction de sa dette permise par une génération de cash flow record.

Le numéro deux français des spiritueux qui vient de boucler la vente de ses champagnes Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck au groupe familial EPI (Bonpoint, Weston, Michel Perry) pour une valeur d‘entreprise de 412 millions d‘euros, entend bien compléter son portefeuille par l‘acquisition d‘une marque à forte valeur ajoutée et à fort potentiel à l‘international.

“Aucune négociation n‘est en cours actuellement, mais nous regardons (...) des marques indépendantes ou appartenant à de grands groupes (...) On nous a déjà dit non”, a précisé à la presse Jean-Marie Laborde, directeur général du groupe, en marge d‘une conférence consacrée aux résultats.

Il a précisé qu‘il n’était intéressé ni par la tequila, trop axée sur le marché américain, ni par la vodka “pas assez haut de gamme”.

La cession du champagne, qui ne sera inscrite dans les comptes qu‘au début de l’été, “permet de faire des choses”, a-t-il poursuivi, insistant aussi sur la volonté du groupe d‘accélérer sa croissance organique.

Pour y parvenir, Rémy Cointreau prévoit d‘accélérer encore ses dépenses de publicité cette année, après une augmentation de 17% au cours de l‘exercice écoulé, mais aussi ses investissements dans l‘innovation.

LE REVE DU PORTEFEUILLE LE PLUS CHER

Il table aussi, outre l‘Asie, sur son développement dans des marchés en pleine reprise, comme la Russie et l‘Europe de l‘Est, et sur le potentiel qu‘il juge “immense” de certaines de ses marques, comme son rhum haut de gamme Mount Gay.

“Pour 2011-2012, les perspectives sont clairement positives. Nous sommes confiants pour toutes les régions”, a déclaré Jean-Marie Laborde, sans plus de précisions.

Il a réaffirmé que Rémy allait poursuivre sa stratégie de montée en gamme, ajoutant, dans un sourire : “notre rêve, c‘est d‘avoir le portefeuille de marques le plus cher à la caisse”.

Le résultat opérationnel hors éléments exceptionnels a grimpé de 17,6% à 167,0 millions d‘euros, dépassant le consensus Thomson Reuters I/B/E/S (158 millions), pour une marge de 18,4%. En termes organiques, la hausse ressort à 8%, un chiffre proche des indications données par le groupe fin avril.

Cette performance s‘explique par la très forte hausse des marges du cognac Rémy Martin, dont le résultat opérationnel a bondi de 32,7% à 140,5 millions d‘euros grâce aux ventes des bouteilles haut de gamme de la marque en Asie, devenue la première région du groupe en termes de ventes.

Ces résultats ont permis de compenser la forte baisse (-17,4% à 42,6 millions) du pôle liqueurs et spiritueux (Cointreau, brandy St-Rémy), plombé par la chute des ventes du brandy grec Metaxa.

Dans le champagne, dont Rémy Cointreau conservera la distribution, les résultats sont revenus dans le vert grâce à la reprise de la demande, donnant un résultat opérationnel courant de 2,8 millions après une perte de 4,0 millions en 2010-2011.

ACTIONNAIREE FIDELES

Le résultat net du groupe, impacté par une provision passée sur Metaxa, recule à 70,5 millions, tandis qu‘hors exceptionnels, il progresse de 16,7% à 107,5 millions.

La dette nette, très fortement réduite (-34% à 328,9 millions d‘euros), permet de ramener le ratio de dette nette sur Ebitda à 2,19.

Pour remercier ses actionnaires restés fidèles “malgré des temps difficiles, par le passé”, le groupe versera un dividende exceptionnel d‘un euro, en plus d‘un dividende ordinaire inchangé de 1,30 euro.

Après des chiffres jugés solides mais sans surprise par les analystes, le titre reste stable à 56,54 euros à la Bourse de Paris, dans un marché .FCHI lui aussi peu changé (-0,07%). “Rémy fait un très bon exercice, mais elle est trop chère”, notent les analystes de CA Cheuvreux.

Le groupe affiche les multiples de valorisation parmi les plus élevés du secteur, ressortant à près de 21 fois les bénéfices estimés pour 2012, contre 14,5 fois pour ses deux grands concurrents : Diageo (DGE.L), numéro un mondial et Pernod Ricard (PERP.PA), numéro deux.

Voir aussi :

* Le communiqué et la présentation:

link.reuters.com/mub47r

* Les principales données financières du groupe:

link.reuters.com/xep99r

* Le Metaxa et le T4 pèsent sur le CA annuel [ID:nLDE73J1QZ]

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below