8 mai 2011 / 15:48 / dans 6 ans

MARCHÉS-Les thèmes à retenir pour la semaine prochaine

LONDRES, 8 mai (Reuters) - Voici les grands thèmes qui risquent de s‘imposer aux traders et aux investisseurs dans la semaine qui vient:

1 - RHÉTORIQUE ET RÉALITÉ - Un recul généralisé du dollar a vu le billet s‘approcher de certaines limites susceptibles de donner lieu à des commentaires de responsables politiques et de chefs d‘entreprise.

L‘euro a frôlé la barre de 1,50 dollar et le yen a fait une incursion sous le seuil de 80 yens pour un dollar. Ceci étant dit, en fonction de l‘ampleur des positions à découvert sur le dollar prises par des spéculateurs, l’évolution baissière du dollar pourrait marquer une pause, voire s‘inverser pour un certain temps.

En même temps, les gérants de réserves de change devraient continuer à alimenter pendant longtemps les ventes de dollars.

Le Trésor américain ne semble pas s‘inquiéter de la perte de valeur de la devise américaine, s‘en tenant à sa rhétorique classique d‘un “dollar fort”. Le dialogue stratégique entre les Etats-Unis et la Chine, pays qui détient le plus de réserves de change, dont une bonne partie en dollars, au monde, ne manquera pas de porter sur la valeur du billet vert.

La Chine et les USA divergent sur la hausse du yuan, dit Pékin [ID:nLDE745044]

2 - PERSISTANCE DES INQUIÉTUDES CONCERNANT LA ZONE EURO

Même si l‘interminable crise de la dette dans la zone euro n‘a pas pesé de manière notable sur la monnaie unique, les marchés de taux suivent de près les moindres soubresauts d‘une saga dont le dernier épisode en date a été la présentation des contours du plan d‘aide au Portugal.

Si l‘essentiel de ce plan est désormais connu, il reste des points clef à définir, comme par exemple le taux d‘intérêt que devra payer Lisbonne sur les prêts qui vont lui être consentis. Par ailleurs, les intervenants sur les marchés financiers seront attentifs à ce que le nouveau gouvernement portugais qui sera issu des élections de juin prochain reprenne à son compte les mesures d‘austérité inhérentes à l‘octroi de l‘aide.

La courbe des rendements portugais ne s‘est pour l‘instant pas encore inversée et les rendements des titres de dette souveraine sont toujours à des plus hauts record dans un marché illiquide, à l‘instar de leurs équivalents grecs.

Portugal- Un “sauvetage pénible mais juste” [ID:nLDE74412W]

3 - LA GRÈCE ENCORE ET TOUJOURS

Tous les pays endettés de la zone euro s‘efforcent de démontrer que leur situation n‘a rien à voir avec celle de la Grèce, qui inquiète toujours un an après le lancement d‘un plan d‘aide internationale de 110 milliards d‘euros.

Les cours des obligations et des CDS suggèrent qu‘une restructuration de la dette grecque est jugée inévitable, en dépit des propos rassurants tenus par les dirigeants. Les rendements de la dette grecque à deux ans ont ainsi doublé depuis le début de l‘année.

Alors que le Portugal a obtenu un plan d‘aide international, l‘attention des investisseurs se focalise de nouveau sur la question grecque et sur les possibilités de modification des termes du prêt accordé par l‘Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI).

4 - RISQUE DE CONTAGION - Si les coûts d‘emprunt de l‘Espagne n‘ont rien à voir avec ceux de la Grèce, du Portugal et de l‘Irlande, les rendements à 10 ans n‘en flirtent pas moins avec des niveaux records. L‘Espagne adjugera du papier à cinq ans jeudi, un nouveau test qui déterminera si le pays est vraiment préservé des retombées de la crise de la dette souveraine en euro.

Pour l‘heure, les marchés financiers, et surtout le marché des changes, surveille surtout le ratio offre/demande des adjudications espagnoles, plus que les rendements. Mais si ces derniers continuent d‘augmenter, leur centre d‘intérêt pourrait changer.

* Exposition des banques à la dette périphérique

r.reuters.com/vyj98r

* Graphique de la crise de la dette en zone euro

r.reuters.com/hyb65p

5 - RESULTATS DE SOCIETES EUROPEENNES - Pour l‘instant 56% des résultats des sociétés européennes ont atteint ou dépassé le consensus contre 80% pour les Etats-Unis. Cet écart doit être réduit si les Bourses européennes veulent s‘aligner un peu mieux sur la surperformance de leurs homologues américaines. La question sera d‘autant plus brûlante que la statistique de l‘emploi US d‘avril, attendue vendredi, devrait être forte et montrer que la reprise est solidement ancrée aux Etats-Unis.

En ce sens, les problèmes de dette souveraine de la zone euro ne faciliteront pas la tâche des Bourses européennes, en dépit de valorisations moins flatteuses.

* Rendements des actifs depuis les premières mentions du QE2

r.reuters.com/pyc39r

Swaha Pattanaik, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below