Assurance-S.Life et Hannover Re chutent en Bourse après leur T1

mardi 3 mai 2011 10h46
 

FRANCFORT/ZURICH, 3 mai (Reuters) - Les titres de l'assureur Swiss Life SLHN.VX et du réassureur allemand Hannover Re (HNRGn.DE: Cotation) s'inscrivent en forte baisse mardi matin après que le premier a annoncé une baisse de ses recettes de primes et que le second a revu en baisse ses prévisions annuelles.

Vers 8h40 GMT, l'action Swiss Life cédait 4,19% à 151,10 franc suisses et celle de Hannover Re 2,28% à 40,13 euros alors que l'indice regroupant les valeurs européennes de l'assurance et de la réassurance perdait 0,4%.

Swiss Life Holding a des recettes générées par les primes de 6,81 milliards de francs (5,3 milliards d'euros) pour son premier trimestre 2011, ce qui représente un recul de 10% sur un an en monnaie locale.

En Suisse, ces recettes ont progressé de 8% à 4,56 milliards de francs, mais l'assureur a vu ses activités d'assurance à l'international divisées par trois à 594 millions de francs contre 1.697 millions un an plus tôt.

Ce recul s'explique par la baisse des recettes de primes dans les affaires internationales réalisées avec la clientèle privée fortunée, un segment qui avait enregistré une forte croissance à la même période de l'exercice précédent.

Le taux de solvabilité a reculé à 165% au 31 mars 2011 contre 172% à la fin décembre 2010, Swiss Life expliquant cette dégradation par la hausse des taux d'intérêt sur les marchés de capitaux.

De son côté, Hannover Re a dégagé un bénéfice net inattendu au premier trimestre 2011 grâce à un bond des revenus tirés des investissements. Ce résultat s'est établi à 52,3 millions d'euros alors que les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne une perte de 11,3 millions d'euros.

Mais le groupe a pris de court les investisseurs en ramenant sa prévision de bénéfice net annuel de 650 millions d'euros à 500 millions pour tenir compte du nombre important de demandes de dédommagements liés aux catastrophes naturelles survenues au Japon et en Nouvelle-Zélande.

"Ce chiffre (...) est inférieur au consensus du marché", a noté Werner Schirmer, analyste chez LBBW.

(Jonathan Gould à Francfort et Pascal Schmuck à Zurich, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)