LEAD 1 Actelion bat le consensus au T1 à l'approche de l'AG

mardi 19 avril 2011 07h50
 

ZURICH, 19 avril (Reuters) - Actelion ATLN.VXa dévoilé mardi des chiffres supérieurs aux attentes des marchés pour le premier trimestre et confirmé ses objectifs financiers pour 2011, battant en brèche les critiques du fonds activiste Elliott Advisors.

Le chiffre d'affaires du groupe de biotechnologies s'est établi à 528,2 millions de francs suisses (415 millions d'euros), progressant de 15% en monnaies locales et de 5% en francs suisses. Les ventes de Tracleer, son médicament-phare, se sont élevées à 402,8 millions de francs, augmentant de 10% en monnaies locales.

Le bénéfice net a totalisé 146,3 millions de francs, soit une progression de 33% en monnaies locales et de 10% en francs suisses.

Le consensus des analystes interrogés par Reuters tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 472 millions de francs et sur un bénéfice net de 94,2 millions de francs.

Le groupe a confirmé son objectif de croissance des ventes à un chiffre en milieu de fourchette en monnaies locales. Actelion est engagé dans un bras de fer avec Elliott Advisors, le fonds activiste basé à New York, qui l'exhorte à trouver un acquéreur après une série d'échecs dans ses médicaments à l'étude et propose de modifier sensiblement la composition du conseil d'administration.

Dans un communiqué séparé, Actelion a confirmé qu'il a reçu le soutien de BB Biotech, un fonds d'investissement spécialisé sur les biotechnologies ainis que d'Ivox, une société d'exécution de vote par Internet à l'approche de l'assemblée générale qui se tiendra le 5 mai.

Robert Cawthorn, le président du conseil d'administration d'Actelion, a souligné la finesse des connaissances de BB Biotech aussi bien du secteur que de la société et a salué la démarche d'Ivox.

"Nous pensons qu'Ivox a raison de mettre en question les motivations d'Elliott's et sommes d'accord avec eux sur le fait que les projets d' Elliott pourraient nuire aux intérêts des actionnaires", a-t-il commenté.

Actelion bénéficie également du soutien de Rudolf Maag, un des principaux actionnaires du groupe.

(Nathalie Olof-Ors, édition Pascal Schmuck)