Auto-Départ du DG de Saab,la maison mère Spyker émet des actions

vendredi 25 mars 2011 09h43
 

AMSTERDAM, 25 mars (Reuters) - Le constructeur automobile néerlandais Spyker SPYKR.AS a annoncé vendredi le départ du directeur général de sa division en difficulté Saab ainsi qu'une émission de nouvelles actions pour financer le redressement de la marque suédoise.

Spyker, qui a racheté Saab l'an dernier à General Motors (GM.N: Cotation), a précisé que son directeur général Victor Muller assurerait temporairement la direction de Saab après le départ de Jan Ake Jonsson.

Jan Ake Jonsson, 59 ans, a déclaré que le moment était venu de "passer du temps sur autre chose" après avoir passé la quasi-totalité de ses 40 ans de carrière chez Saab.

Le groupe, qui va céder sa division de voitures de sports, hors Saab, au banquier russe Vladimir Antonov, a précisé qu'il émettrait au total 5,6 millions d'actions, d'une part en vendant des actions à 4,50 euros pièce et d'autre part en convertissant un emprunt en actions à 3,75 euros pièce.

Sur la base d'un document de l'autorité des marchés néerlandaise daté du 28 janvier faisant état de 17,5 millions d'actions ordinaires en circulation, l'émission de Spyker représentera environ 31,8% du capital existant.

Des analystes estiment que Spyker, qui n'a jamais dégagé de bénéfice depuis qu'il a commencé ses activités en 2000, pourrait avoir besoin de davantage de capital pour rendre Saab rentable.

Spyker n'a pas confirmé l'objectif de Saab de vendre 80.000 voitures cette année et 120.000 en 2012 mais s'est simplement dit confiant dans le fait que l'augmentation de ses ventes en 2010 se poursuive tout au long de 2011 et 2012.

Le groupe néerlandais a fait état d'une perte de 39 millions d'euros au quatrième trimestre 2010 après une perte de 39,9 millions lors des trois mois précédents. Spyker est en perte sur l'année, comme annoncé en octobre, et a confirmé qu'il le serait également en 2011.

Vers 8h40 GMT, le titre Spyker cédait 5,60% à 4,72 euros. Jeudi, il avait pris plus de 7% dans la perspective de voir Vladimir Antonov revenir au capital du constructeur. (voir [ID:nLDE72N248])

(Gilbert Kreijger, Florent Le Quintrec pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)