Le site Mediapart lance un WikiLeaks à la française

jeudi 10 mars 2011 16h53
 

PARIS, 10 mars (Reuters) - Mediapart a lancé jeudi FrenchLeaks, un site inspiré de WikiLeaks qui met gratuitement à la disposition des internautes des documents ayant servi de base au travail de ses journalistes.

Le site d'information, qui fête son troisième anniversaire, invite également le grand public à lui transmettre tout document susceptible de comporter un intérêt public qui pourra être mis en ligne après une enquête de la rédaction.

"Mediapart propose à l'ensemble du public de continuer en France même, en Europe, le combat initié par WikiLeaks", a expliqué Edwy Plenel, le directeur de la rédaction, lors d'une conférence de presse organisée dans les locaux de la rédaction.

Il a précisé que les enregistrements, rapports, enquêtes, reproductions mis à disposition sur FrenchLeaks étaient librement reproductibles et téléchargeables.

FrenchLeaks s'engage à protéger l'anonymat et la sécurité de ses sources et assume l'entière responsabilité éditoriale du site.

Les documents reçus seront triés et vérifiés par les journalistes de Mediapart, avant d'être "rendus au débat public" s'ils sont jugés pertinents.

"N'importe qui ne pourra pas poster n'importe quoi", a souligné François Bonnet, le directeur éditorial.

Mis en service ce jeudi, le site donne d'ores et déjà accès aux enregistrements pirates des conversations entre Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal (OREP.PA: Cotation), et ses conseillers, ou au rapport de l'Autorité des marchés financiers sur EADS EAD.PA.

Les documents, en accès gratuit, sont accompagnés d'un lien renvoyant sur le site de Mediapart vers les enquêtes, payantes cette fois, des journalistes de Mediapart qui y sont associées.   Suite...