9 mars 2011 / 06:28 / il y a 6 ans

LEAD 5 EADS - Retour aux bénéfices en 2010 et trésorerie record

* Trésorerie E11,9 mds fin 2010, retour au dividende (E0,22)

* Ebit non récurrent prévu stable à E1,3 md en 2011, hausse en 2012

* CA attendu en hausse en 2011, livraison de 520-530 Airbus

* EADS a plus de flexibilité pour des acquisitions /directeur financier

* L'action en forte hausse

(Actualisé avec conférence de presse)

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS/MUNICH, 9 mars (Reuters) - EADS EAD.PA a renoué avec les bénéfices en 2010, dépassant ses objectifs et les attentes du marché à la faveur d'un bond des prises de commandes d'Airbus, et a repris le versement d'un dividende, affichant une trésorerie record de 11,9 milliards d'euros à fin décembre.

Le groupe d'aérospatiale et de défense s'attend pour 2011 à une hausse de son chiffre d'affaires, avec des commandes brutes d'Airbus supérieures à des livraisons attendues en hausse comparé au niveau déjà record de l'an dernier.

Le résultat opérationnel (Ebit) avant éléments récurrents devrait être stable cette année comparé au niveau de 1,3 milliard d'euros de 2010, avant d'augmenter fortement en 2012 à la faveur d'une hausse des volumes, de meilleurs prix et de l'amélioration de la performance du très gros porteur A380.

L'Ebit ajusté a été ramené à 1,3 milliard d'euros en 2010 - contre 1,24 milliard attendu par les analystes - après 2,2 milliards en 2009, pénalisé par une détérioration du taux de couverture liée à l'appréciation de l'euro, qui devrait se poursuivre en 2011.

L'action gagnait 2,9% à 20,42 euros à 14h20 à Paris, donnant une capitalisation de 16,6 milliards et affichant l'une des plus fortes hausses du CAC 40 .FCHI (+0,2%).

"La valorisation actuelle du titre ne reflète pas, d'une part la solidité financière du groupe et, d'autre part, sa capacité à redresser son efficience opérationnelle, en particulier dans sa filiale Airbus, et cela significativement en 2012", écrit dans une note CM-CIC Securities, qui recommande le titre à l'achat avec un objectif de 25 euros.

Le titre bénéficie en outre des commandes engrangées par Airbus au cours des 24 dernières heures, dont 100 avions d'International Lease Finance Corp (ILFC), filiale de crédit-bail aéronautique d'American International Group (AIG) (AIG.N). (voir [ID:nLDE72726J] [ID:nLDE72803S] [ID:nWEA7153])

ACQUISITIONS EN VUE

Le groupe prévoit un dividende de 0,22 euro au titre de 2010, contre 0,16 euro attendu par les analystes, après avoir renoncé à en verser au titre de 2009 pour la première fois en dix ans en raison des pertes liées en grande partie à Airbus.

Le président exécutif Louis Gallois a dit que le groupe n'envisageait pas de distribuer de cash aux actionnaires, mais de maintenir un niveau de dividende durable dans le futur.

Il a ajouté qu'il ne voulait pas se mettre sous pression concernant sa politique de croissance externe, refusant de fournir des objectifs de délais ou de volume.

Louis Gallois a précisé lors d'une conférence de presse que les incertitudes sur la participation de 22,5% de Daimler (DAIGn.DE) dans EADS n'avaient pas d'impact sur la stratégie d'acquisitions, soutenue par le conseil du groupe.

Il a toutefois dit souhaiter que des "solutions durables" soient trouvées concernant l'actionnariat d'EADS.

Le directeur financier Hans-Peter Ring a observé de son côté qu'EADS disposait de plus de flexibilité pour réaliser des acquisitions qu'il y a deux ans, soulignant que les valorisations dans la défense restaient élevées mais abordables.

FEU VERT AU LANCEMENT INDUSTRIEL DE L'A400M

Il a également dit que le groupe comptait légèrement augmenter son budget de R&D en 2011 pour avoisiner trois milliards d'euros, avant une stabilisation près de 3,2 milliards en 2012 et 2013 et les premiers signes d'une baisse en 2014.

Louis Gallois a dit ne pas prévoir pour l'instant de dépassements de coûts pour l'A350, le programme le plus risqué d'EADS, prévu pour entrer en service au second semestre 2013.

Le groupe a dit surveiller également l'évolution des budgets publics et de défense, et les risques potentiels liés aux prix du pétrole et des matières premières, au trafic aérien en Afrique du Nord et à l'évolution des taux de change.

La livraison record de 510 avions commerciaux chez Airbus a permis à EADS d'améliorer son chiffre d'affaires de 7% en 2010, à 45,8 milliards d'euros contre 44,68 milliards attendus par les analystes. Pour 2011, il prévoit entre 520 et 530 livraisons.

Principale division du groupe, l'avionneur a redressé son Ebit à 305 millions d'euros en 2010, également au-dessus des attentes, contre une perte de 1,371 milliard en 2009, liée aux difficultés de l'A380 et du programme de l'avion de transport militaire A400M, largement responsables au passage d'EADS dans le rouge lors de cet exercice.

Airbus a parallèlement annoncé avoir donné le feu vert au lancement industriel de l'A400M, dont les quatre premières unités seront produites en 2012, avec une cadence qui devrait atteindre 2,5 avions par mois fin 2015.

EADS, qui a renoué avec un bénéfice net en 2010, à 553 millions contre une perte de 763 millions en 2009, compte augmenter son bénéfice par action en 2011 comparé au niveau de 0,68 euro de 2010, sur la base d'un euro à 1,35 dollar.

Voir aussi :

* Le communiqué des résultats :

link.reuters.com/bur48r

* Les principales données financières du groupe :

link.reuters.com/cur48r

* INTERVIEW EADS pourrait viser un groupe européen présent aux USA [ID:nLDE71O1RB]

* EADS - Berlin insiste sur l'équilibre franco-allemand [ID:nLDE71M1O]

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below