25 février 2011 / 13:43 / il y a 6 ans

LEAD 1 CMA CGM - Rebond spectaculaire de l'armateur en 2010

* Pas d'introduction en Bourse envisagée

* Le FSI est le bienvenu s'il veut investir

* L'instabilité politique pourrait peser en 2011

* Les marges devraient retomber à un niveau d'avant-crise

par Julien Ponthus

PARIS, 25 février (Reuters) - Un an à peine après avoir joué sa survie avec ses créanciers, l'armateur français CMA CGM a confirmé vendredi un retour spectaculaire à la rentabilité, une performance qui ne sera néanmoins pas reconduite au même niveau en 2011, année où les marges devraient revenir à un niveau d'avant-crise.

L'armateur, qui avait été frappé de plein fouet par l'effondrement du fret maritime fin 2008, note que l'instabilité politique qui frappe actuellement le Moyen-Orient pourrait avoir des conséquences pour le groupe, qui est notamment présent en Egypte et en Libye. CMA CGM a arrêté de faire escale en Libye.

"L'instabilité politique peut avoir également un impact sur la situation économique, c'est pour cela qu'on ne peut pas négliger cet impact-là", a déclaré à Reuters Olivier Dubois, le directeur financier du groupe. Fort de la reprise de l'activité du fret mondial en 2010, le groupe basé à Marseille a signé un excédent brut d'exploitation de 2,516 milliards de dollars l'an dernier contre une perte de 667 millions en 2009.

Il affiche en 2010 une marge de 17,6%, mais cette performance ne devrait pas être reconduite en 2011.

"Si vous raisonnez en termes de marge opérationnelle, on a effectivement connu un record en 2010 et nous n'espérons pas du tout retrouver cette performance en 2011; on prévoit de revenir à des niveaux de rentabilité normalisés", a expliqué Olivier Dubois.

4 MILLIARDS DE FONDS PROPRES

Après plus d'un an de discussions avec ses créanciers et de nombreux repreneurs potentiels comme le milliardaire belge Albert Frère, CMA CGM a annoncé en novembre que le groupe turc Yildirim investirait 500 millions de dollars dans l'entreprise.

L'actionnaire historique, la famille Saadé, a conservé 80% du capital à l'issue de ces négociations dont l'habilité a été soulignée par de nombreux investisseurs, l'hypothèse d'un naufrage pur et simple de l'armateur ou de l'éviction de la famille ayant été prise au sérieux au pire de la crise.

"Aujourd'hui, à la suite de l'excellent résultat de l'année 2010 et en prenant en compte l'injection des 500 millions, le groupe dispose d'environ 4 milliards de fonds propres", a indiqué Olivier Dubois, qui a précisé qu'à l'heure actuelle une introduction en Bourse n'était pas envisagée.

Il n'a pas souhaité s'étendre sur la possibilité d'un investissement du Fonds stratégique d'investissement (FSI), une hypothèse envisagée lors de la restructuration financière du groupe, mais a gardé une position de principe favorable.

"On est une des plus grandes sociétés internationales (de fret maritime), et si effectivement le FSI prenait la décision favorable d'investir chez CMA CGM, bien évidemment nous serions extrêmement ravis de les accueillir", a-t-il dit.

Contacté par Reuters, le FSI n'a pas fermé la porte à cette éventualité.

"Si demain CMA CGM avait à nouveau besoin d'ouvrir son capital, nous pourrions regarder", a indiqué un porte-parole du fonds souverain français.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below