17 février 2011 / 14:37 / il y a 7 ans

Sarkozy veut une SNCF rentable partout et un meilleur service

* La SNCF priée d'être rentable dans tous ses métiers

* Elle devra autofinancer ses acquisitions

* Sarkozy veut un accord SNCF-RFF mi-2011 au plus tard

PARIS, 17 février (Reuters) - La SNCF doit être rentable dans toutes ses activités et attacher à la qualité de ses services autant d'importance qu'aux performances techniques et à la sécurité, a demandé Nicolas Sarkozy.

Dans une nouvelle lettre de mission au PDG de l'entreprise publique, Guillaume Pépy, le chef de l'Etat indique encore que, tant que ses capacités financières ne seront pas pleinement restaurées, la SNCF devra privilégier les cessions plutôt que la dette pour financer son développement international.

Il justifie cette lettre, dont le texte est publié jeudi par l'Elysée, par le fait que, depuis la précédente en date de février 2008, le groupe a vu ses marges de manoeuvre réduites par la crise, ce qui nécessite que le cadre du mandat de son président soit "précisé" et "réorienté".

"Pour assurer son rôle d'acteur stratégique pour notre pays et continuer à investir, la SNCF doit viser l'équilibre économique pour chacun de ses cinq métiers", écrit le président de la République à Guillaume Pépy.

"Cela signifie que chacun d'eux doit trouver les moyens de sa rentabilité dans le cadre du marché ou dans celui des conventions signées avec les autorités publiques".

Une telle convention a été signée récemment avec l'Etat pour les "trains d'équilibre du territoire", quarante liaisons interrégionales que l'Etat s'est engagé à subventionner à hauteur de 210 millions d'euros par an pendant trois ans.

Il en attend en compensation des "gains de productivité" alliée à une nouvelle dynamique de ces lignes et un meilleur service qui doivent permettre d'atteindre un équilibre économique, souligne Nicolas Sarkozy.

L'INFORMATION DES VOYAGEURS

S'agissant des TGV, il demande une meilleure articulation de leurs dessertes avec les TER, "en étroite concertation avec les élus" locaux, et souligne que la SNCF disposera "d'une responsabilité tarifaire étendue" lui permettant de mieux adapter son offre à la demande.

Il fixe d'autre part à la mi-2011 la date butoir pour le renouvellement de la convention qui lie la SNCF, en tant que gestionnaire de réseau délégué, et RFF (Réseau ferré de France). Les deux parties n'ont pu se mettre d'accord à ce jour pour proroger cette convention sur la période 2011-2014.

Pour le chef de l'Etat, l'amélioration du réseau ferroviaire est une priorité et si le nouveau partenariat SNCF-RFF devra permettre d'assurer un retour au bénéfice de la branche infrastructures du premier, il ne cite que les gains de productivité et la maîtrise des coûts pour y parvenir.

Il demande enfin à la SNCF d'"intensifier ses efforts" pour tenir les engagements pris en 2009 dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, qui vise une part de marché de 25% pour le transport modal "non routier", contre 14% actuellement, en 2022.

Guillaume Pépy est, enfin, invité à "développer la qualité de service, qui doit être une valeur forte de l'entreprise au même titre que la performance technique et la sécurité".

A la lumière d'incidents comme les retards spectaculaires de certains trains - jusqu'à 15 heures pour une liaison de nuit Strasbourg-Port Bou fin décembre - l'Elysée entend qu'un "accent tout particulier" soit mis sur la gestion de telles situations "en terme d'information et de prise en charge des voyageurs". (Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below