February 17, 2011 / 6:47 AM / 6 years ago

LEAD 4 Schneider-Boom des pays émergents,rebond des pays matures

7 MINUTES DE LECTURE

* CA +24% à E19,6 mds en 2010, +9,3% en organique

* Croissance de 6% à 9% attendue en 2011 avec l'électrification des pays émergents et l'énergie verte

* Objectif de marge 2011 fixé entre 15% et 15,5%, contre 14,5% en 2010 sur une base proforma

* Vers 40% du CA dans les émergents en 2011

(Actualisé avec conférence de presse et commentaire d'analyste)

par Gilles Guillaume

PARIS, 17 février (Reuters) - Schneider (SCHN.PA) espère maintenir cette année son taux de croissance de 2010 grâce à une demande en électrification des pays émergents toujours aussi forte et au rebond désormais confirmé des pays matures.

Tous les marchés du groupe, numéro un mondial des équipements électriques basse tension et numéro deux pour la moyenne tension, ont désormais renoué avec la croissance, même si celle-ci reste nettement plus forte dans les nouvelles économies (+15% en 2010), Asie en tête, que sur les marchés matures (+6%).

Dans le cadre de sa nouvelle stratégie, Schneider mise sur les solutions complètes de gestion de l'énergie, et sa division "Power" a ainsi vu en fin d'année la croissance de ses ventes de solutions dépasser celle des produits, grâce notamment aux projets de centrales solaires en Italie.

Le redressement du bâtiment non résidentiel s'est également confirmé avec une demande accrue en systèmes de vidéosurveillance ou des contrats comme la gestion de la consommation électrique de l'Université verte Nord du Texas, aux États-Unis.

"Nous bénéficions d'une bonne dynamique pour 2011", a déclaré jeudi le président du directoire, Jean-Pascal Tricoire, au cours d'une conférence avec les analystes. "Dans cette nouvelle phase du cycle, nous allons investir pour générer de la croissance dans les domaines de l'efficacité énergétique, de la 'smart grid' (les réseaux électriques communicants, NDLR) et dans les nouvelles économies."

Schneider a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 19,6 milliards d'euros, en hausse de 24% en données publiées et de 9,3% en données organiques. Les 26 analystes interrogés par la rédaction de Reuters tablaient sur 19,2 milliards.

En intégrant sur une base annuelle Areva Distribution, la moyenne tension du spécialiste français du nucléaire rachetée l'an dernier, le CA dépasse pour la première fois 20 milliards d'euros.

VERS 40% DU CA DANS LES ÉMERGENTS

Pour 2011, Schneider prévoit une croissance organique de ses ventes de 6% à 9%. Interrogé sur cet objectif, qui signifie au mieux un maintien du régime observé l'an dernier, le directeur financier Emmanuel Babeau a répondu que cette hypothèse était "réaliste et raisonnable."

"Souvenons-nous tout de même que la base 2009 était très déprimée, avec une baisse de 15,7% du chiffre d'affaires; nous allons avoir maintenant des bases de comparaison qui sont beaucoup plus élevées, donc nous restons bien dans une dynamique forte", a-t-il souligné au téléphone à Reuters.

"Une publication solide au titre de 2010, légèrement supérieure aux attentes du consensus; les perspectives 2011 sont en revanche assez fades en termes de croissance des revenus et d'amélioration des marges", commente CM-CIC dans une note.

A 14h45, l'action gagnait 2,4% à 117,85 euros, donnant une capitalisation boursière supérieure à 32 milliards d'euros. A ce niveau de cours, le titre gagne 5% depuis le début de l'année, après 37% environ en 2010.

Schneider compte améliorer cette année sa rentabilité, avec un objectif de marge d'Ebita de 15,0% à 15,5%, contre 14,5% en 2010 sur une base proforma.

L'Ebita publié avant coûts de restructuration et charges non récurrentes liées à l'intégration d'Areva Distribution, l'indicateur sur lequel le groupe communiquait jusqu'à présent, a donné une marge de 15,6% en 2010.

Areva D a donc légèrement pesé sur la marge d'Ebita du groupe. Sur une base proforma pour l'exercice plein, la marge de l'activité est ressortie à 5%, typique des creux de cycle pour l'unité, a précisé Schneider.

"Les perspectives de marché sont plus positives en 2011 qu'en 2010, et nous allons travailler à fond cette année tout le potentiel de combinaison des équipes d'Areva D avec celles de Schneider", a indiqué Jean-Pascal Tricoire au cours d'une conférence de presse.

Selon lui, l'activité a connu un bon démarrage et les premières synergies peuvent être réalisées cette année.

Depuis 2008, la Chine est le deuxième marché du groupe, derrière les États-Unis et au coude à coude avec la France. Schneider a vu l'an dernier la part des nouvelles économies dans son chiffre d'affaires total atteindre 37% en 2010, contre 32% en 2008 et 34% en 2009.

Selon Emmanuel Babeau, le groupe devrait se diriger cette année vers les 40%.

Schneider prévoit par ailleurs 400 millions d'euros de nouveaux gains de productivité en 2011, derrière année du plan stratégique "One" auquel un autre programme d'entreprise sur trois ans emboîtera le pas en 2012.

* Le communiqué de Schneider :

link.reuters.com/zyx97r

* Données financières sur le groupe :

link.reuters.com/baz97r

Édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below