11 février 2011 / 06:59 / il y a 7 ans

LEAD 3 Michelin confiant pour 2011 malgré les matières premières

* Une baisse du prix du caoutchouc au S2 reste possible

* Cash flow négatif cette année avec les matières premières, croissance des volumes et du ROC attendue

* Bénéfice net pdg E1.048 millions en 2010, consensus 938 mlns

* Jean-Dominique Senard va succéder à Michel Rollier

* Le titre en hausse

(Actualisé avec commentaires d'analystes et cours)

par Gilles Guillaume

PARIS, 11 février (Reuters) - Michelin (MICP.PA) attend une poursuite de la hausse des volumes et du bénéfice opérationnel cette année, malgré le niveau élevé des matières premières qui se traduira par un cash flow temporairement négatif.

Le groupe de pneumatiques a également annoncé que Michel Rollier, à la tête de Michelin depuis 2006, allait progressivement passer la main à Jean-Dominique Senard. (voir [ID:nLDE71A09P])

Michelin a dégagé un cash flow libre de 426 millions d'euros l'an dernier et maintient son objectif d'un cash flow libre positif sur l'ensemble de la période 2011-2015, même s'il s'attend à ce que ses investissements et la hausse des matières premières se traduisent en 2011 par un cash flow libre "temporairement négatif".

"Nous sommes bien placés pour résister (...) et il est possible que les prix ne montent pas au ciel", a déclaré Jean-Dominique Senard, gérant non commandité du groupe, au cours d'une conférence de presse.

"N'oubliez pas que ce qui s'est passé en 2010 est tout à fait exceptionnel, qu'il y a eu sur les marchés financiers des événements majeurs."

Michelin a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires en hausse de 20,8% à 17,9 milliards d'euros, contre 17,6 milliards attendus. Il a presque décuplé son bénéfice net, part du groupe, qui est ressorti à 1.048 millions d'euros, supérieur au consensus qui donnait 938 millions.

Le groupe vise une augmentation des volumes d'au moins 6,5% cette année, après une hausse de 13,4% en 2010, et une croissance de son résultat opérationnel qui a presque doublé l'an dernier à 1,7 milliard d'euros, un peu supérieur au consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui tablait sur 1,6 milliard, malgré le renchérissement du caoutchouc naturel.

75% DES SURCOÛTS DÉJÀ COUVERTS

Le prix spot du caoutchouc en Thaïlande, premier pays producteur mondial, a flambé de 70% en 2010, et les contrats à terme à Tokyo et Shanghai évoluent toujours à des plus hauts historiques en raison de craintes persistantes de tensions sur l'offre liées à l'alternance de sécheresse et de précipitations dans le Sud-Est de l'Asie.

Le prix de référence thaïlandais pour les pneumatiques a dépassé six dollars le kilogramme, un record, mais Michelin n'exclut pas que les cours baissent à nouveau sur la deuxième partie de l'année.

"Une hypothèse qui peut paraître baroque aujourd'hui mais que je vous prie de ne pas évacuer d'un geste de la main, c'est tout à fait possible", a déclaré Jean-Dominique Senard.

Michelin a ainsi maintenu l'hypothèse d'un kilogramme de caoutchouc à 4,8 dollars, qu'il a retenue pour ses projections.

Les fabricants de pneumatiques sont également exposés aux cours du pétrole, ingrédient principal du caoutchouc synthétique.

Après un effet négatif de 544 millions d'euros sur le résultat opérationnel en 2010, Michelin estime à 1,5 milliard d'euros l'impact de l'augmentation des prix des matières premières en 2011, mais dit avoir déjà couvert 75% de ce surcoût grâce à des hausses de tarifs.

"Michelin maintiendra une forte réactivité de sa politique de prix face au renchérissement de l'ensemble des matières premières", a ajouté le groupe dans un communiqué.

A 13h05, l'action Michelin gagnait 2% à 58,22 euros, après avoir atteint en première partie de séance un plus haut de 59,60 euros. A ce niveau de cours, qui fait ressortir une capitalisation boursière de près de 10,27 milliards d'euros, le titre progresse de 8,3% depuis le début de l'année.

Nomura, dans une note de recherche, juge que "Michelin a publié un bon ensemble de résultats pour 2010 et annoncé des prévisions que nous jugeons réalistes et prudentes".

JP Morgan qualifie pour sa part de "mitigés" les objectifs du groupe, avec d'un côté une amélioration attendue des volumes mais de l'autre un free cash flow qui s'annonce négatif.

Par ailleurs, le remplacement de Michel Rollier à la tête du groupe sera l'occasion pour Michelin de faire évoluer sa structure historique en commandite pour la rapprocher des standards des autres grandes entreprises.

Michel Rollier est cousin par alliance de la famille Michelin. Gérant commandité depuis 2005, il avait succédé l'année suivante à Edouard Michelin, arrière-arrière-petit-fils de l'un des deux frères fondateurs du groupe de Clermont-Ferrand, décédé accidentellement en 2006.

* Le communiqué de résultats de Michelin

link.reuters.com/bad97r

* Le communiqué de Michelin sur sa gouvernance :

link.reuters.com/zyc97r

Avec Helen Massy-Beresford, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below