USA-Cisco chute de 13% après de nouvelles prévisions décevantes

jeudi 10 février 2011 18h25
 

NEW YORK, 10 février (Reuters) - Le titre Cisco (CSCO.O: Cotation) chutait de plus de 13% à l'approche de la mi-séance jeudi, l'érosion des marges du géant des équipements réseaux ainsi que des prévisions jugées mitigées confortant les craintes de ceux qui pensent que le modèle de croissance du groupe se grippe.

Vers 17h15 GMT, l'action perdait 13,16% à 19,14 dollars, accusant de loin la plus forte baisse du Dow Jones, lui-même en baisse de 0,24%.

C'est la troisième fois en autant de trimestres que Cisco, qui a publié ses performances trimestrielles mercredi soir, prend de court les analystes par la faiblesse de ses prévisions. (voir [ID:nLDE7182L2]

Les principaux sujets d'inquiétude sont le recul de près de deux points de la marge brute d'un trimestre sur l'autre, passant de 64,3% au troisième à 62,4% au quatrième et la baisse de 7% des revenus de l'activité commutateurs.

S'agissant de cette dernière évolution, le directeur général John Chambers l'a attribué à la volonté des clients du groupe de moderniser leurs équipements, assurant que Cisco garderait la mainmise sur ce segment.

Mais cette explication n'a pas convaincu les analystes, qui notent qu'en plus de ses concurrents traditionnels que sont Juniper Networks JNPR.O ou encore Alcatel-Lucent ALUA.PA, Cisco doit désormais également rivaliser avec le chinois Huawei Technologies [HWT.UL] et Hewlett-Packard (HPQ.N: Cotation).

Contrastant avec son homologue américain, le titre Alcatel-Lucent ALUA.PA s'est envolé de 18,5% à 3,16 euros après que le groupe a annoncé une amélioration de ses résultats au quatrième trimestre, tout en se montrant confiant pour 2011. [ID:nLDE7182AD]

Cisco a également pâti de la déclaration faite mercredi par John Chambers disant que les dépenses en équipements de réseaux en provenance du secteur public allaient continuer à se situer à un niveau bas dans les pays développés.

Souvent considéré comme un baromètre du secteur technologique en raison de la variété de ses activités et de ses clients, certains experts se demandent si l'incapacité de Cisco à annoncer des prévisions optimistes n'est pas liée à des blocages au sein même du groupe.

"Cisco a été l'une des rares entreprises du segment des équipements réseaux à faire état d'une baisse du chiffre d'affaires d'un trimestre sur l'autre dans un environnement en matière de dépenses informatiques considéré comme bon", souligne dans une note de recherche Troy Jensen, analyste chez Piper Jaffray.

(Ritsuko Ando, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)