10 février 2011 / 06:48 / dans 7 ans

LEAD 4 Renault veut doubler sa marge en 2013, 48 modèles en 2016

* Objectif de marge opérationnelle supérieure à 5% en 2013, contre 2,8% en 2010

* 48 modèles au catalogue en 2016, 80% des lancements de la deuxième phase du plan sur des plates-formes partagées

* L‘action perd 4%, plus forte baisse du CAC 40

* Certains analystes espéraient que Renault aille plus loin dans son alliance avec Nissan (7201.T)

(Actualisé avec conférence de presse et analyste)

par Gilles Guillaume et Helen Massy-Beresford

BOULOGNE-BILLANCOURT, Hauts-de-Seine, 10 février (Reuters) - Renault (RENA.PA) veut presque doubler sa marge opérationnelle et augmenter ses ventes mondiales de 15% au cours des trois prochaines années grâce à son nouveau plan qui prévoit de porter la gamme du constructeur à 48 modèles à l‘horizon 2016.

Dans le cadre de son plan 2011-2016 dénommé “Drive the change” (piloter le changement), le groupe au losange compte sur une hausse des volumes, l‘optimisation des usines et la réduction des coûts pour atteindre une marge opérationnelle supérieure à 5% en 2013, contre 2,8% l‘an dernier.

Il vise aussi des ventes mondiales de plus de trois millions de véhicules d‘ici trois ans, contre 2,6 millions d‘unités avec 40 modèles en 2010 pour ses trois marques Renault, Dacia et Renault Samsung Motors. Autour de 2013, les ventes hors d‘Europe devraient représenter entre 45% et 50% du total.

L‘appellation du nouveau plan sur six ans reprend la version anglaise de l‘actuel slogan commercial du groupe. Grâce à lui, Renault vise également au moins deux milliards d‘euros de free cash flow cumulé sur les trois premières années du plan.

“C‘est une nécessité pour éliminer le restant de notre dette, établir un matelas de protection minimal dans un avenir incertain et payer un dividende à nos actionnaires”, a déclaré le PDG Carlos Ghosn, au cours d‘une conférence de presse.

A la Bourse de Paris, l‘action Renault abandonnait 4,57% à 46,355 euros à 11h15 après ces annonces.

Le plan consacre l‘approfondissement des synergies avec Nissan, mais certains analystes espéraient que le groupe aille plus loin dans son alliance avec son partenaire japonais.

“Les deux entreprises continuent d’être distinctes sur le plan financier, avec une structure fondamentalement inefficace pour ce qui est de transférer du cash entre les deux pays et de se voir reconnu à sa juste valeur par les marchés boursiers”, commente Bernstein Research dans une note.

“Carlos Ghosn a tout simplement déçu les investisseurs avec un plan stratégique qui ignore totalement cette question.”

Le titre, à l‘image du compartiment automobile en Europe .SXAP (-0,9%), est aussi sanctionné après avoir pris 13% environ depuis le début de l‘année et 20% en 2010.

“Il y a des prises de bénéfices”, commente un vendeur. “L‘automobile a bien profité de la reprise, le secteur a été soutenu par les pouvoirs publics. C‘est maintenant la fin des aides type ‘prime à la casse’. On va voir ce que ça va donner en 2011.”

ÉLECTRIQUE ET INTERNATIONAL

“Drive the change” prend le relais du précédent plan “Contrat 2009”, suspendu dans la dernière ligne droite à cause de la crise qui a frappé le secteur automobile fin 2008. Renault avait dû notamment renoncer à l‘ambitieux objectif d‘une marge opérationnelle de 6% à l‘issue du plan qui couvrait 2006-2009.

“La situation de l‘entreprise en 2011 est beaucoup plus robuste que celle que nous avions en 2005, en matière de produits, de qualité, de technologie, d‘implantation géographique”, a ajouté Carlos Ghosn. “Aujourd‘hui, nous avons une base beaucoup plus large et diversifiée, beaucoup plus de piliers.”

L‘un d‘eux est le véhicule électrique, avec d‘ici 2012 quatre modèles déjà dévoilés dont la berline Zoé, seul modèle présent sur l‘estrade lors de la présentation du plan. Renault estime que l‘alliance aura mis en circulation 1,5 million de véhicules de ce type dans le monde d‘ici la fin du plan en 2016.

“Le marché attendait surtout de la présentation du plan qu‘il apporte un catalyseur à court terme pour déverrouiller de la valeur de l‘alliance avec Nissan (...) et il en est pour ses frais”, résume Kristina Church, analyste automobile chez Barclays Capital. “Nous sommes en fait au début d‘un processus de plus long terme qui passe par un recentrage sur la valeur du coeur de Renault (...) et sa capacité à générer du cash et à reverser les dividendes reçus des sociétés associées.”

LE BRÉSIL, L‘INDE, LA RUSSIE, MAIS PAS LA CHINE

Au total, le constructeur comptera 48 modèles au catalogue à l‘issue du plan, contre 30 en 2005, avant “Contrat 2009” que le nouveau plan prolonge en terme de produits, et aura entièrement renouvelé sa gamme d‘ici 2016 si l‘on compte les renouvellements, les ‘restylages’ et les nouveautés.

Renault n‘a pas levé le voile sur les quatre nouveaux modèles au moins qui devraient voir le jour dans la deuxième phase du plan, mais le concept car “Captur” dévoilé jeudi matin en photo en avant-première du salon de Genève, préfigurera un futur crossover sportif.

Le groupe a précisé que 80% des modèles lancés entre 2014 et 2016 seraient basés sur une plate-forme partagée avec l‘un de ses deux partenaires, Nissan et Daimler (DAIGn.DE), généralisation d‘une politique qui permet de réduire les coûts de développement. Il attend au minimum un milliard d‘euros de synergies de coûts et d‘investissements pour l‘alliance sur chacune des années du plan.

La stratégie de développement international de Renault passe notamment par le Brésil, appelé à devenir le deuxième marché du groupe derrière la France et devant l‘Allemagne en 2013. Elle privilégie aussi l‘Inde, avec six modèles produits sur place en 2013, et la Russie, qui deviendra le premier marché mondial du groupe si l‘on intègre les ventes d‘AvtoVAZ (AVAZ.MM).

En revanche, Renault devrait rester absent de Chine, marché réservé pour l‘heure à Nissan, pendant encore au moins trois ans. Interrogé sur la future stratégie chinoise de Renault, Carlos Ghosn a répondu : “Le plan veut dire qu‘avant 2013, il n‘y a pas de projet Chine”. Mais il n‘a donné aucune indication sur la deuxième partie du plan, à l‘horizon 2016.

Voir aussi :

* Le volet industriel du plan stratégique [ID:nLDE7111MR]

* Le communiqué de Renault sur “Drive the change” :

link.reuters.com/fyw87r

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below