February 8, 2011 / 11:01 AM / 6 years ago

AVANT-PAPIER Synergies et réalisme au coeur du plan Renault

6 MINUTES DE LECTURE

* Des objectifs financiers plus réalistes que Contrat 2009

* Les synergies avec Nissan et Daimler au coeur de la stratégie

* Renouvellement progressif de la gamme, cap sur les émergents

par Gilles Guillaume

PARIS, 8 février (Reuters) - Le plan stratégique de Renault (RENA.PA) s'annonce plus réaliste que le précédent Contrat 2009 mais reste très attendu par les marchés, toujours à l'affut des nouvelles synergies que le groupe au losange pourra tirer de son 'business model' original avec Nissan (7201.T).

Le deuxième constructeur français, et quatrième mondial si l'on inclut l'ensemble de l'alliance, va lever le voile jeudi matin sur sa nouvelle stratégie pour les prochaines années. Le plan, divisé en deux périodes de trois ans chacune, sera assorti d'objectifs financiers dont le PDG Carlos Ghosn a prévenu qu'ils seraient "plus réalistes" que dans la précédente feuille de route.

"Contrat 2009", qui couvrait la période 2006-2009, visait notamment une marge opérationnelle ambitieuse de 6%, mais le groupe avait dû renoncer à cet objectif dans la dernière ligne droite à cause de la crise violente qui a ébranlé l'industrie automobile à partir de la fin 2008.

"Si l'on garde à l'esprit la déception de Contrat 2009, l'objectif de marge opérationnelle se situera probablement cette fois dans une fourchette de 4-5%", écrit Philippe Houchois, analyste automobile chez UBS, dans une note de recherche.

En 2010, le groupe a réalisé une marge opérationnelle de 2,8%, selon des résultats préliminaires déjà dévoilés la semaine dernière. Les chiffres définitifs ne seront connus que jeudi, mais en publiant ses estimations pour l'exercice écoulé Renault a dégagé le terrain pour que la journée soit maintenant principalement dévolue au nouveau plan. Celui-ci s'assortira de plusieurs autres objectifs: en matière de ventes - Les Échos évoquaient en janvier le chiffre de trois millions de véhicules d'ici 2013, contre un record de 2,6 millions en 2010 ; en matière d'internationalisation - Renault compte réaliser 43% de ses ventes hors d'Europe en 2011 et continuera d'investir au Brésil, en Inde et en Russie ; en termes de compétitivité, grâce à l'optimisation des usines européennes et en passant la vitesse supérieure dans l'utilisation des synergies avec Nissan.

LA CLIO 4, DEUX DACIA ET LA REMPLAÇANTE DE L'ESPACE

Depuis la création de l'alliance en 1999, les deux entreprises ont conservé chacune leur indépendance mais ont mis en commun un nombre croissant de tâches et de projets pour réduire les coûts et accélérer la mise au point des nouveaux programmes dans un secteur de plus en plus concurrentiel et mondialisé.

En 2009, les synergies de coûts, d'investissements et de revenus entre Renault et Nissan avaient atteint 1,5 milliard d'euros et Carlos Ghosn a déjà dit viser pour 2010 un milliard d'euros de synergies supplémentaires.

"Il y a un potentiel de valeur sur le long terme et nous pensons que Renault a établi de solides fondations pour dégager à l'avenir de nouvelles économies et des gains de productivité supplémentaires", commente Alexis Albert, analyste du secteur chez Nomura.

Il en veut pour preuve la future usine low cost du groupe au Maroc, la coopération avec l'allemand Daimler (DAIGn.DE) dans l'utilitaire et les petites voitures et la nouvelle plate-forme commune Renault-Nissan pour l'ensemble du haut de gamme européen du groupe au losange.

"Le plan opérationnel capitalisera sur les succès du groupe, l'international et le low cost, et tentera de corriger les erreurs du passé en renouvelant la gamme Renault en Europe", conclut Bruno Lapierre, analyste automobile chez CA Cheuvreux.

Le groupe, empêtré publiquement depuis début janvier dans une affaire d'espionnage industriel présumé, a déjà dévoilé le 1er février le volet industriel de son plan stratégique, qui prévoit 5,7 milliards d'euros d'investissements dans les usines du groupe sur 2010-2013, première phase du plan.

Elle s'accompagnera d'un renouvellement progressif de la gamme avec notamment la Clio 4, deux nouvelles Dacia et la Zoé électrique en 2012, un nouveau fourgon relocalisé à Sandouville en 2013 et la relance du programme haut de gamme, suspendu en raison de la crise. Les remplaçantes de l'Espace et de la Laguna, transférées à Douai, sortiront en 2014.

Voir aussi :

* Le volet industriel du plan stratégique [ID:nLDE7111MR]

* L'estimation des résultats 2010 [ID:nLDE70U0J2]

* Chronologie de l'affaire d'espionnage présumé [ID:nLDE70B19T]

Avec Helen Massy-Beresford, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below