UBS s'attend à un impact modéré des accords fiscaux en Europe

mardi 16 novembre 2010 11h18
 

ZURICH, 16 novembre (Reuters) - UBS UBSN.VX a estimé mardi entre 15 et 40 milliards de francs (11 à 30 milliards d'euros) le montant des actifs sous gestion susceptibles d'être affectés par des modifications de conventions de double imposition entre l'Europe et la Suisse.

Le groupe bancaire suisse, à l'occasion d'une journée pour investisseurs, a aussi confirmé ses objectifs à moyen terme.

"Nous sommes certains d'être sur la bonne voie dans la réorientation de nos activités et confirmons les objectifs à moyen terme exposés l'année dernière", a déclaré son directeur général Oswald Gruebel, cité dans un bref communiqué.

Le numéro un de la banque en Suisse se dit bien parti pour réaliser son objectif d'un bénéfice imposable annuel de 15 milliards de francs retenu l'an dernier à un horizon de trois à cinq ans.

A la fin 2009, la banque annonçait des actifs pour 435 milliards en provenance de la zone EMEA (Europe, Middle East, Africa), la Suisse n'étant pas comprise.

"Nous pouvons nous accomoder de la situation en Europe parce que nous sommes très bien positionnés dans la région Asie-Pacifique, les marchés émergents et le segment des ultra-riches, qui sont des segments de croissance", a indiqué le porte-parole d'UBS Christoph Meier.

"Les mouvements de marchés ou de devises peuvent avoir un impact plus important sur les actifs investis", a-t-il ajouté.

UBS a publié fin octobre des chiffres mitigés pour son troisième trimestre 2010. Les activités de banque d'affaires ont déçu en accusant une perte avant impôts de 406 millions de francs mais la banque a renoué avec les afflux nets d'argent frais, une première depuis le début 2008. (voir [ID:nLDE69P05M])

Vers 10h15 GMT, l'action cédait 0,4% à 16,87 francs, tandis que l'indice européen des banques perdait 1,4%.

(Pascal Schmuck, édité par Robin Bleeker et Dominique Rodriguez)