11 novembre 2010 / 13:46 / il y a 7 ans

LEAD 1 Siemens propose d'augmenter fortement son dividende

* Dividende annuel de 2,7 euros/action prévu, consensus E1,84

* Bénéfice d'exploitation: E1,1 md au T4, consensus E790 mlns

* Forte hausse du titre en Bourse

MUNICH, 11 novembre (Reuters) - Siemens (SIEGn.DE) a montré aux investisseurs qu'il se voulait confiant en proposant jeudi de relever fortement son dividende et en anticipant une croissance de ses bénéfices alimentée par les marchés émergents.

Le conglomérat allemand envisage d'augmenter son dividende de 69% pour le porter à 2,7 euros par action. Le consensus établi par Reuters anticipait une augmentation du dividende à 1,84 euro.

Les analystes estiment que la hausse envisagée par l'entreprise ferait passer le rendement de son dividende de 2,2% à 3,3%, alors qu'il est en moyenne de 3,1% pour le secteur, selon les données de Thomson Reuters StarMine.

Siemens n'a plus relevé son dividende annuel depuis 2007, année où celui-ci avait été établi à 1,60 euro par action.

Outre le dividende en tant que tel, le groupe, qui a accumulé 14 milliards d'euros de trésorerie pendant la crise, a également pour la première fois de son histoire dévoilé une politique en matière de dividendez, soulignant qu'il distribuerait à l'avenir entre 30% et 50% de son bénéfice net.

Au cours des six dernières années, le taux de distribution était de 41% en moyenne.

"Le dividende illustre la confiance de l'entreprise dans l'avenir. Cela signifie également qu'elle va maintenant lier son dividende à ses bénéfices, ce qui suggère qu'il peut également être réduit à l'avenir", relève Theo Kitz, analyste chez Merck Finck.

"Siemens a désormais atteint des niveaux de marge de classe mondiale. Sa principale activité se porte bien. Il y a seulement deux filiales qui posent problème mais elles ne sont pas importantes", ajoute-t-il.

Cette annonce reflète la volonté de Siemens de se montrer plus transparent et plus attrayant pour les investisseurs.

"Avec notre nouvelle politique de dividende, nous offrons aux investisseurs de long terme une raison de plus pour investir dans Siemens", son président du directoire, Peter Löscher.

LES EMERGENTS MOTEURS DE LA CROISSANCE

Vers 13h40 GMT, le titre Siemens avançait de 2,86% à 85,54 euros alors que l'indice regroupant les valeurs industrielles européennes .SXNP était inchangé.

Cette décision intervient quelques semaines après que Philips, concurrent de Siemens dans le segment de la santé et des luminaires, a dévoilé ses objectifs pour 2015, anticipant une croissance de ses ventes supérieure de deux points de pourcentage à la croissance de la demande mondiale.

Siemens prévoit que le bénéfice de ses opérations poursuivies pour l'exercice fiscal en cours, qui clôturera en septembre 2011, augmentera de 25% à 35% à la faveur d'une forte amélioration de ses prises de commandes et d'un chiffre d'affaires organique qui devrait renouer avec croissance modérée.

Siemens a également dit que le bénéfice d'exploitation de ses trois activités principales avait reculé à 1,1 milliard d'euros au titre de son quatrième trimestre fiscal.

Il s'agit d'une baisse de 45% par rapport à l'an dernier mais elle est cependant moins marquée que prévu par le marché, les analystes ayant anticipé une chute de 58,9%. Ce recul s'explique principalement par une dépréciation de 1,2 milliard de dollars dans son segment diagnostics.

Le groupe s'attend par ailleurs à ce que les pays émergents contribuent de façon exponentielle à la croissance de ses ventes dans les années à venir. Siemens réalise actuellement 30% de son chiffre d'affaires sur ces marchés, contre 19% il y a cinq ans.

Peter Löscher a également dit que Siemens développera la croissance de ses activités industrielles essentiellement de manière organique, sans que soient pour autant des acquisitions visant à compléter les segments dans lesquels le groupe est présent. Il renforcera également ses activités dans la santé et l'énergie aux Etats-Unis.

* Reuters Insider:

link.reuters.com/pas74q

* Graphique Siemens et ses concurrents:

r.reuters.com/cys34q

Jens Hack, Alexandre Boksenbaum-Granier et Catherine Monin pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below