November 5, 2010 / 6:50 AM / 7 years ago

LEAD 3 Lafarge - Priorité à la dette, sans augmenter le capital

7 MINUTES DE LECTURE

* Poursuite des désinvestissements en 2011

* Augmentation de capital exclue pour réduire la dette

* Endettement net de E14,7 mds au 30 septembre

* Résultat opérationnel courant inférieur aux attentes

* Signes de reprise sur certains marchés matures aais trou d'air en Asie

* L'action, très volatile, perd 2%

(Actualisé avec interview et précisions)

par Gilles Guillaume et Matthias Blamont

PARIS, 5 novembre (Reuters) - Lafarge LAFP.PA s'est déclaré vendredi résolu à réduire sa dette grâce notamment à une poursuite des désinvestissements, mais a exclu pour cela d'augmenter le capital du premier cimentier mondial.

Le groupe a également publié des trimestriels en demi-teinte mais a maintenu sa prévision mondiale de la demande de ciment en 2010 au vu de certains signes de stabilisation de l'activité.

La dette nette de Lafarge, qui a fait l'objet cet été d'une attention particulière des analystes et des agences de notation, est ressortie à 14,7 milliards d'euros au 30 septembre, contre 15,2 milliards au 30 juin et 14,6 milliards un an plus tôt.

Moody's l'avait placée début août sous surveillance négative, avant de confirmer un mois plus tard sa note à "Baa3", un cran au-dessus de la catégorie "spéculative".

Le niveau de la dette du groupe, quasiment doublé entre fin 2007 et fin 2008 avec l'acquisition de l'égyptien Orascom, avait conduit certains analystes à évoquer une possible augmentation de capital, comme celle de 1,5 milliard d'euros lancée début 2009 pour faire face à la crise.

"Notre intention n'est pas d'augmenter le capital pour réduire la dette", a déclaré Bruno Lafont dans une interview à Reuters.

"Nous nous sommes engagés à améliorer notre structure financière et nous sommes toujours en train d'appliquer une discipline financière stricte et vigoureuse", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons absolument pas l'intention de faire une augmentation de capital pour cela."

L'action Lafarge, également numéro deux mondial pour les granulats et le béton et numéro trois pour le plâtre, a ouvert en baisse de près de 3% avant de se retourner à la hausse. A 11h45, le titre abandonnait à nouveau 1,96% à 44,355 euros.

A ce cours, il abandonne 23,2% depuis le début de l'année, après avoir engrangé 53,5% en 2009, à comparer avec une baisse de 6% depuis janvier et un gain de 36,36% l'an dernier pour son indice sectoriel européen .SXOP.

"Lafarge considère que son endettement est trop élevé et que nous devons agir pour le réduire", a ajouté Bruno Lafont au cours d'une téléconférence, rappelant que le groupe comptait porter à 28% son ratio cash flow/dette, un objectif pour lequel il n'a pas fixé de calendrier.

"Nous travaillons à faire progresser ce ratio de manière significative et nous attendons des progrès significatifs en 2011", a-t-il ajouté. Ce ratio se montait fin septembre à 15,3%, contre 32% avant l'acquisition d'Orascom.

T3 EN DEMI-TEINTE, PRÉVISION 2010 MAINTENUE

Dans le cadre du renforcement de sa structure financière, le groupe a réalisé 300 millions d'euros d'économies depuis le début de l'année, dont 170 millions d'économies structurelles sur un objectif de plus de 200 millions pour l'ensemble de 2010.

En matière de désinvestissements, il compte dépasser son objectif de 500 millions d'euros cette année et continuer en 2011 cette politique de cessions d'actifs non stratégiques.

"Nous n'annonçons pas de chiffre, mais une volonté de poursuivre, et bien entendu quand on dit: on veut poursuivre et accélérer, cela veut dire que le montant pourrait être supérieur", a ajouté Bruno Lafont.

Lafarge a réalisé au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 4,5 milliards d'euros, en hausse de 6% grâce notamment à des effets de change favorables qui compensent la baisse persistante des volumes. Ce chiffre est conforme au consensus réalisé par la rédaction de Reuters à partir des réponses de dix analystes. A périmètre comparable, les ventes ressortent en revanche en baisse de 2%.

"Les tendances se sont améliorées dans la plupart des pays développés au troisième trimestre, les marchés émergents ont fait preuve de vigueur, malgré une baisse des volumes sur certains d'entre eux, et l'Europe centrale et orientale a enregistré de premiers signes d'amélioration depuis la mi-2008", a souligné le groupe dans un support de présentation.

"L'Asie a souffert de conditions climatiques défavorables et d'un environnement de marché difficile en Corée du Sud et en Chine, dans un contexte de hausse des coûts de l'énergie", a-t-il ajouté. Malgré ce trou d'air, Bruno Lafont a dit s'attendre à une "hausse significative des volumes en Asie à partir de maintenant", le troisième trimestre étant traditionnellement faible dans cette région.

Au total, impacté par une augmentation de 8,5% de la facture énergétique, le résultat opérationnel courant du groupe a baissé de 2% sur la période à 839 millions d'euros, alors que sept analystes anticipaient un chiffre de 873 millions. La marge opérationnelle ressort à 18,7% au troisième trimestre, contre 18,8% au deuxième.

"C'est un peu décevant au niveau de la marge", commente un analyste du secteur. "Un peu décevant aussi au niveau de la structure financière, où nous n'observons pas d'amélioration sensible."

Au vu des signes de stabilisation observés au troisième trimestre, Lafarge a maintenu entre -1% et +3% sa prévision pour la demande mondiale de ciment, abaissée cet été face aux incertitudes économiques.

* Le communiqué de résultats de Lafarge :

link.reuters.com/pep93q

* Le support de présentation aux analystes :

link.reuters.com/qep93q

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below