October 19, 2010 / 1:45 PM / 7 years ago

LEAD 2 Goldman Sachs a souffert au T3, mais moins qu'attendu

4 MINUTES DE LECTURE

* L'activité de trading pénalisée par le contexte boursier

* Le résultat reste supérieur aux attentes

* L'action progresse

par Steve Eder

NEW YORK, 19 octobre (Reuters) - La morosité qui s'est emparée des marchés d'actions au troisième trimestre s'est répercutée sur les activités de trading de Goldman Sachs (GS.N) sans pour autant empêcher la première banque américaine d'investissement de déjouer les pronostics des analystes.

Stupéfaits par le "flash crash" de mai, dont l'origine reste à ce jour indéterminée, les investisseurs ont levé le pied sur les marchés d'actions ce qui s'est traduit par une baisse des revenus tirés des commissions prélevées sur les transactions boursières.

Chez Goldman Sachs, les revenus tirés du trading obligataire, de devises et de matières premières ont diminué de 37% à 3,77 milliards de dollars. Ceux du seul trading actions ont plongé de 43% à 1,05 milliard de dollars.

En dépit de ces vents contraires, la banque new-yorkaise a dépassé les attentes des analystes en publiant un bénéfice par action de 1,9 milliard de dollars, 2,98 dollars par action, alors que les analystes visaient 2,32 dollars par titre.

La comparaison avec le troisième trimestre 2009 n'est toutefois pas flatteuse. Goldman Sachs avait alors dégagé un bénéfice de 3,19 milliards de dollars, 5,25 dollars par action.

A 15h00 GMT, le titre progressait de 2,64% à 157,77 dollars.

Comparée à celles de ses concurrents, la position de Goldman reste enviable car elle n'est que de très loin concernée par la crise des saisies immobilières.

"Même si les attentes étaient inférieures et même si les chiffres (du consensus) ont été réduits de manière spectaculaire au cours des dernières semaines, cela reste des résultats bien plus positifs que ceux de nombre de leurs concurrents", a commenté Matt McCormick, gestionnaire de portefeuille chez Bahl & Gaynor.

Autre bonne nouvelle pour Goldman, sa division de banque d'investissement a fait état d'un produit net de 1,12 milliard de dollars, en hausse de 24%.

Cette tendance est une nouvelle positive pour un établissement confronté à l'irruption de nouvelles règles de régulation provoquée par la réforme du système financier aux Etats-Unis.

Depuis l'adoption de la Volcker Rule, qui limite le champ d'action des banques en matière d'opérations pour compte propre, Goldman Sachs a décidé de démanteler sa division Principal Strategies Group, justement chargée de réaliser ce type d'opérations.

Elle s'est en outre lancée dans une opération de relations publiques destinée à redorer un blason terni par des accusations de fraude en provenance de la Securities and Exchange Commission, le gendarme américain de la Bourse.

Goldman Sachs a été accusé d'avoir créé et commercialisé un produit nommé Abacus, soit des titres de dette adossés à des crédits immobiliers subprimes, sans dire aux investisseurs qu'un fonds spéculatif avait aidé à choisir les titres sous-jacents au produit pour ensuite parier contre ce produit à la vente.

Pour éviter un procès, elle a accepté de verser 550 millions de dollars à la justice. (voir [ID:nLDE66E262])

Pour un graphique sur les résultats de Goldman, cliquer sur

link.reuters.com/kak29p

Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below