SKF relève ses objectifs, annonce une acquisition aux Etats-Unis

mardi 19 octobre 2010 12h47
 

STOCKHOLM, 19 octobre (Reuters) - Le Suédois SKF (SKFb.ST: Cotation), leader mondial des roulements à bille, a relevé mardi ses objectifs financiers après avoir fait état de bénéfices supérieurs aux attentes au titre du troisième trimestre. Le groupe, qui dit prévoir une hausse continue de la demande, a également annoncé le rachat de l'entreprise américaine de lubrifiants Lincoln Industrial pour un montant d'un milliard de dollars (720 millions d'euros environ).

Cette acquisition est l'une des plus importantes réalisées par SKF ces dernières années. Le groupe a publié un bénéfice avant impôt de 1,95 milliard de couronnes suédoises (210 millions d'euros), supérieur aux attentes des analystes interrogés par Reuters, qui prévoyaient 1,65 milliard de couronnes.

Il y a un an, le bénéfice imposable s'était établi à 689 millions de couronnes (74 millions d'euros).

L'action SKF gagnait 8,2% à 165 couronnes suédoises dans les premiers échanges à la Bourse de Stockholm.

Selon SKF, le résultat et la marge d'exploitation du troisième trimestre sont à des niveaux records.

Le groupe suédois est considéré comme un indicateur du secteur industriel, ses roulements à bille étant utilisés dans un large éventail de produits, de l'électroménager aux moteurs d'avions.

Ses marges ont nettement augmenté lors des derniers trimestres, sous le double effet d'une demande en hausse et des réductions de coûts mises en place durant la crise.

SKF a donc décidé de relever ses objectifs financiers et vise désormais une marge d'exploitation de 15%, contre 12% auparavant. La cible de croissance des ventes de 6 à 8% est portée à 8%.

SKF a supprimé plusieurs milliers d'emploi durant la crise en raison de la chute de la demande. La reprise, notamment dans les économies émergentes d'Asie et d'Amérique latine, lui a permis de récolter d'importants bénéfices et de ramener ses usines près de leur capacité maximale.

(Bureau de Stockholm. Gregory Schwartz pour le service français, édité par Danielle Rouquié)