Bourse-PPR et le luxe en baisse après plusieurs notes négatives

lundi 18 octobre 2010 13h03
 

PARIS, 18 octobre (Reuters) - Le titre PPR (PRTP.PA: Cotation) accuse la plus forte baisse du CAC 40 lundi à la Bourse de Paris après un abaissement de recommandation de Deutsche Bank ainsi qu'une étude pessimiste sur les perspectives 2011 du secteur du luxe qui pèse également sur ses concurrents.

Vers 12h45, l'action PPR reculait de 2,1% à 116,70 euros tandis que le CAC 40 avançait de 0,1%.

Deutsche Bank a abaissé sa recommandation sur le titre à "vendre" contre "conserver" avec un objectif de cours de 107 euros.

Dans une note de recherche, le broker estime que la division luxe du groupe bénéficie d'une base de comparaison plus favorable que ses concurrents et s'attend donc à une forte croissance des ventes au troisième trimestre, mais ajoute que Gucci sous-performe toujours ses concurrents.

"Le scénario optimiste serait que PPR puisse vendre tous ses actifs dans la distribution et en acheter dans le luxe, alors le titre pourrait profiter d'une hausse du PE du secteur du luxe (actuellement de 17,2 fois hors Hermes (HRMS.PA: Cotation))", écrit Deutsche Bank.

Le bureau d'étude anticipe cependant que, sur la base de ses estimations de recettes issues de la vente d'actifs dans la distribution, cela conduirait à une dilution de quelque 8%, dont la moitié pourrait être compensée si des actifs dans le luxe étaient achetés à un PE de 20 fois ou moins.

"Mais nous estimons que les profits issus du luxe ne passeront que de 50% à 60% du total lors des trois prochaines années. Cela pourrait justifier une révision marginale à la hausse, qui ne fera probablement pas plus qu'annuler la dilution."

Les autres valeurs du luxe cèdent également du terrain après une étude pessimiste de Bain & Co. LVMH (LVMH.PA: Cotation) perd 0,4%, Hermes 2,13% et Christian Dior (DIOR.PA: Cotation) 0,44%. Leur indice sectoriel européen abandonne 0,35%.

"Je pense que ça doit être le rapport Bain qui a un impact sur ces actions", commente un analyste londonien. Selon la dernière étude annuelle du cabinet, publiée lundi, le marché mondial du luxe devrait ralentir en 2011 et retrouver ses niveaux de croissance historiques après un très vif rebond en 2010.

Il devrait voir ses ventes progresser de 4% à 5% en 2011 contre une hausse de 10% prévue en 2010. (voir [ID:nLDE69H062])

(Florent Le Quintrec, édité par Dominique Rodriguez)