18 octobre 2010 / 11:39 / il y a 7 ans

Europe/Banques - Un T3 sur fond de craintes d'appels au marché

(répétition, sans changement, d'une dépêche envoyée dimanche)

* Credit Suisse, première grande banque européenne à publier ses résultats du T3

* Les banques devraient annoncer une baisse de 10% à 20% des revenus tirés de la banque d'investissement

* La question de l'augmentation de capital à nouveau sur toutes les lèvres

par Steve Slater

LONDRES, 18 octobre (Reuters) - La solidité du bilan des banques européennes sera à nouveau la préoccupation numéro un des investisseurs lorsque les grands noms du secteurs publieront leurs résultats du troisième trimestre, qui commenceront à tomber à partir de la fin de la semaine prochaine.

De manière générale, ces comptes trimestriels devraient être caractérisés d'un côté par une amélioration des activités de banque de détail à la faveur d'une baisse des créances douteuses et de l'autre par une nette baisse des revenus tirés des activités de banque d'investissement.

La perspective d'un durcissement des règles de fonds propres dans le cadre de la nouvelle réglementation du secteur bancaire dite de "Bâle III" et les appels au marché lancés le 13 octobre par Standard Chartered (STAN.L) et le 20 septembre par Deutsche Bank (DBKGn.DE) font craindre aux investisseurs que les augmentations de capital vont se multiplier. (Voir : [ID:nLDE69C08E] et [ID:nLDE68J21U])

D'après les analystes, la situation présente des similitudes avec celle d'il y a deux ans, quand les investisseurs étaient à l'affût du moindre signe de faiblesse de l'un ou l'autre établissement.

Cependant, à la différence de la fin 2008, les conditions de marché se sont nettement améliorées, ce qui pourrait inciter certaines banques à prendre les devants.

"La question qui va être posée à chaque banque sera inévitablement : "Quel est l'impact de Bâle III sur vos ratios de capital et comment allez-vous faire pour atteindre vos objectifs en matière de ratios ?", a déclaré James Chappell, analyste technique spécialisé dans le secteur financier chez Olivetree Securities.

"Les investisseurs vont poser les mêmes questions qu'il y a deux ans : si vous êtes dans le bas de la fourchette des ratios de capital, est-ce que vous allez lever des fonds ?", a-t-il poursuivi.

Lors de l'annonce de son augmentation de capital de 3,3 milliards de livres (3,8 milliards d'euros), Standard Chartered a estimé que les régulateurs bancaires nationaux allaient demander aux établissements sous leur supervision d'afficher un ratio Tier one core supérieur un niveau de 7% qui sera désormais requis au nom de la nouvelle réglementation internationale.

Pour un graphique sur les augmentations de capital des banques européennes, voir :

r.reuters.com/seh38p

Pour un PDF sur Bâle III: r.reuters.com/mef95p

Pour un graphique sur les prévisions de résultats

r.reuters.com/quf58p

Les banques britanniques et suisses seront potentiellement touchées par les nouvelles règles en matière de fonds propres mais également un certain nombre d'établissements en Espagne, en France, en Irlande, en Italie ou encore en Allemagne.

Parmi les noms de banques pouvant devoir faire appel au marché, figurent Credit agricole (CAGR.PA), Société générale (SOGN.PA), Allied Irish Banks (ALBK.I) ou encore Commerzbank (CBKG.DE), ont estimé des banquiers et des analystes.

La saison des résultats du secteur bancaire sera lancée le jeudi 21 octobre par Credit Suisse CSGN.VX. Puis, jusqu'à la fin du mois, sont notamment prévus les résultats de Bankinter BKT.M, d'UBS UBSN.VX, de BBVA (BBVA.MC), de Santander (SAN.MC), de Deutsche Bank et ceux de Nordea (NDA.ST).

En moyenne le produit net bancaire (PNB) tiré des activités de banque d'investissement est vu en baisse de 10% à 20% par rapport au deuxième trimestre, qui avait déjà été une période peu faste pour ce segment.

Les mois de juillet et d'août ont été particulièrement mauvais même si Deutsche Bank a apporté une note d'optimisme en disant que l'activité avait repris vers la fin septembre.

Par ailleurs, les banques auront la possibilité de limiter le recul des bénéfices de la banque d'investissement en réduisant le montant mis de côté pour verser les bonus.

Les activités de banque de détail devraient mieux s'en sortir, avec la poursuite de la diminution des mauvaises créances et l'amélioration des marges d'intérêt.

JPMorgan Chase (JPM.N) a parfaitement illustré cette double évolution la semaine dernière en faisant état d'une hausse de 23% de son bénéfice trimestriel, la recul d'un tiers du bénéfice des activités de banque d'investissement ayant été compensé par la réduction des provisions pour créances douteuses. [ID:nLDE69C187]

CALENDRIER PREVISIONNEL, NON EXHAUSTIF, DES PUBLICATIONS

Credit Suisse 21 octobre

UBS 26 octobre

BBVA 27 octobre

Deutsche Bank 27 octobre

Nordea 27 octobre

DnB NOR DNBNOR.OL 28 octobre

Santander 28 octobre

Erste Bank (ERST.VI) 29 octobre

Lloyds (LLOY.L) 2 novembre

SocGen 3 novembre

BNP Paribas (BNPP.PA) 4 novembre

HSBC (HSBA.L) 5 novembre

RBS (RBS.L) 5 novembre

Barclays (BARC.L) 9 novembre

Intesa (ISP.MI) 9 novembre

UniCredit (CRDI.MI) 9 novembre

C.Agricole (CAGR.PA) 10 novembre

ING ING.AS 10 novembre

Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below