7 octobre 2010 / 20:29 / dans 7 ans

Axa France veut accélérer en santé, prévoyance et épargne / DG

* Développer la santé, la prévoyance, la dépendance

* Redresser la rentabilité en dommage

* De possibles cessions de portefeuilles

PARIS, 7 octobre (Reuters) - Axa France (AXAF.PA) se fixe pour priorité de redresser sa rentabilité en assurance dommage et d‘accélérer sa croissance en santé, prévoyance et épargne retraite, a fait savoir jeudi son nouveau directeur général.

Artisan d‘une importante restructuration d‘Axa au Royaume-Uni - avec notamment de nombreuses acquisitions et la vente à Resolutionl RSL.L d‘un portefeuille de produits d’épargne peu rentables - Nicolas Moreau souhaite donner un coup d‘accélérateur à Axa France.

“On m‘a demandé de prendre la direction d‘Axa France (après la nomination François Pierson comme responsable des opérations dommage du groupe Axa au niveau mondial, NDLR) car on a pensé que j’étais capable d‘accompagner les changements”, a-t-il dit jeudi lors d‘une rencontre avec la presse.

Il a précisé avoir “pour priorité” le redressement technique du dommage et le développement des activités de santé, de prévoyance et d’épargne retraite.

Axa France a réalisé en 2009 un résultat opérationnel de 800 millions d‘euros, sur un chiffre d‘affaires de 23,9 milliards.

Depuis deux ans, la branche automobile est déficitaire en France (son ratio combiné qui rapporte le coût des sinistres et les frais aux primes perçues atteint 115%), plombée par une forte hausse des coûts des sinistres.

Disant vouloir privilégier la rentabilité à la croissance des volumes, Axa a procédé en début d‘année à une hausse de ses tarifs d‘assurance auto d‘environ 4%.

En épargne, Nicolas Moreau s‘est dit “insatisfait” des 3% de part de marché d‘Axa en France et précisé vouloir s‘appuyer sur le réseau des Agents Prévoyance et Patrimoine pour se développer sur le segment de l’épargne des ménages aisés.

CESSIONS DE PORTEFEUILLES

Le directeur général d‘Axa France a également souligné que cette croissance se ferait grâce aux ressources propres du groupe et il n‘a pas exclu des cessions de certains portefeuilles peu rentables, comme “en épargne entreprises dans certains grands groupes”.

Il a aussi insisté sur la nécessaire amélioration des services aux clients, passant notamment par une plus grande fluidité entre les différents canaux de distribution que sont les réseaux d‘agents, internet et le téléphone.

“Je crois à un système intégré donnant au client le libre choix de son mode d‘interaction”, a-t-il déclaré.

Interrogé sur la révolte des agents généraux, qui ont menacé de remettre en cause leur contrat d‘exclusivité avec leur assureur, Nicolas Moreau a reconnu qu‘il existait “un malaise” tout en assurant qu‘un accord serait trouvé, notamment sur les marges de manoeuvre que l‘assureur accorde à ses agents pour les rabais offerts à leurs bons clients.

Ce réseau de 3.600 agents, qui tire 80% de ses revenus de l‘assurance dommage - et principalement automobile -, subit la concurrence des bancassureurs et d‘internet. Il contribue à hauteur de 30% au chiffre d‘affaires d‘Axa France.

Nicolas Moreau s‘est refusé à toute indication sur le plan stratégique du groupe Axa, prévu pour le début 2011.

Très attendu, ce plan devrait, aux dires des analystes, donner plus de lisibilité à une stratégie perçue comme floue et mise à mal, en Asie, par le blocage du rachat des minoritaires de la filiale australienne d‘Axa, Axa APH AXA.AX, aux côtés de l‘australien NAB (NAB.AX).

Pascale Denis, édité par Jean-Loup Fiévet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below