1 octobre 2010 / 13:53 / il y a 7 ans

SALON L'Asie a retiré ses complexes au haut de gamme français

* PSA et Renault décidés à rester sur le segment D

* Une question d'image et des marges attrayantes

* Renault peut s'appuyer sur Nissan et Daimler

* La Chine permettra à PSA de rentabiliser ses investissements dans les grandes routières

par Gilles Guillaume

PARIS, 1er octobre (Reuters) - Les constructeurs français se sont montrés au Mondial résolus à rester présents sur le segment haut de gamme, une décision que le potentiel de croissance des marchés émergents et de la Chine en particulier a sans doute facilité.

La crise automobile de 2008-2009 a entraîné le gel de plusieurs programmes premium et conduit les analystes à s'interroger sur l'intérêt pour les constructeurs hexagonaux de continuer à investir sur un marché largement dominé par le trio germanique BMW (BMWG.DE), Audi (VOWG_p.DE) et Mercedes (DAIGn.DE).

Alors qu'ils restaient jusqu'ici assez évasifs sur la relance ou la poursuite de leurs projets haut de gamme, PSA et Renault ont tenu au cours des journées presse du salon de l'automobile de Paris des propos semblant indiquer que la question ne se posait plus.

"Nos deux marques, nous les tirons vers le haut, nous les montons en gamme, et il n'y a pas de stratégie de ce type sans une présence vigoureuse et affirmée sur le segment D (des grandes routières)", a déclaré Philippe Varin, président du directoire de PSA (PEUP.PA), au cours des journées presse qui précèdent l'ouverture du salon.

Laurens Van den Acker, nouveau directeur du design de Renault (RENA.PA), estime lui aussi que tous les constructeurs ont besoin de quelques fleurons.

"Nous sommes une marque généraliste, et nous ne pouvons donc pas nous cantonner aux petites voitures et aux voitures high tech, nous devons avoir une offre complète et le segment D en fait partie", a-t-il indiqué, faisant référence notamment à l'Espace, un modèle emblématique de Renault.

Le renouvellement de ce grand monospace familial haut de gamme a été suspendu pendant la crise mais le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a annoncé dans le Monde de jeudi qu'un nouvel Espace allait arriver. "On ne peut pas être un constructeur mondial sans avoir du haut de gamme", a-t-il ajouté.

L'ASIE EN RENFORT

Plusieurs décisions récentes des constructeurs français avaient jeté le trouble dans leurs usines spécialisées en modèles premium - Sandouville pour Renault et Rennes pour PSA - en étant interprétées comme un premier pas vers une délocalisation d'un segment devenu difficile à rentabiliser au vu des volumes.

Renault a décidé de commercialiser en Europe sous le nom Latitude la grande berline SM5 fabriquée par sa filiale coréenne, alors que la VelSatis n'a toujours pas de remplaçante. PSA a lancé quant à lui la 508, son premier modèle conçu en même temps pour le marché européen et chinois.

Dans ce contexte, la rumeur a couru la semaine dernière que la remplaçante de la C6, positionnée au-dessus du segment C5/508, serait délocalisée en Chine.

"Dans les grandes berlines, sur lesquelles nous allons continuer à travailler, nous avons une stratégie qui va être de plus en plus européenne en même temps qu'asiatique, notamment chinoise", a expliqué Philippe Varin.

"Ça ne veut pas du tout dire que la remplaçante de la C6 sera fabriquée en Chine pour le marché européen", a-t-il ajouté. En revanche, le marché chinois constitue selon lui une aubaine comme le monte l'exemple de la 508, qui sera fabriquée en France pour le marché européen.

"C'est un atout que nous avons, pouvoir dans le futur amortir nos développements, non seulement sur le marché européen mais aussi sur les marchés asiatiques, ce qui n'a pas été le cas dans le passé", a poursuivi Philippe Varin.

Renault peut compter pour sa part sur son alliance avec Nissan, qui possède la marque très premium Infiniti, et s'appuyer à terme sur son récent rapprochement avec Daimler, puisque ces partenariats offrent de substantielles synergies en matière de coûts de développement.

"Paradoxalement, on gagne beaucoup d'argent sur les petites voitures et on en perd sur les grosses, alors que pour les autres constructeurs c'est le contraire (...) Nissan, qui gagne beaucoup d'argent sur le haut de gamme, peut nous aider à changer les choses", a encore dit Carlos Ghosn au Monde.

Le marché automobile mondial sera tiré à nouveau en 2010 par le rattrapage de la Chine et l'appétit local pour les grandes voitures "statutaires". Selon des estimations, les ventes sur le marché chinois devraient augmenter de 15 à 20% après un bond de 50% en 2009. PSA compte notamment écouler 200.000 exemplaires de la 508 en année pleine, dont un tiers en Chine et deux tiers en Europe.

Edité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below