Monaco - La Société des Bains de Mer ne versera pas de dividende

vendredi 24 septembre 2010 19h27
 

MONACO, 24 septembre (Reuters) - La Société des Bains de Mer (BAIN.PA: Cotation), confrontée au ralentissement des activités de tourisme et de jeux, a décidé vendredi de ne pas verser de dividende pour son exercice 2009-2010.

Le groupe, qui a réuni ses actionnaires en assemblée générale, a aussi indiqué qu'il entendait intensifier sa politique de maîtrise des dépenses après avoir vu ses résultats chuter.

Pour l'exercice clos le 31 mars dernier, son résultat net est tombé à 1,1 million d'euros contre 40,6 millions d'euros un an plus tôt.

Le chiffre d'affaires a de son côté reculé de 6% à 374,1 millions d'euros contre 400 millions d'euros lors de l'exercice précédent.

Le secteur des jeux accuse une baisse de 5% avec des recettes de 200,4 millions contre 210,7 millions l'année précédente.

Si les jeux de table ont bien résisté, les machines automatiques ont en revanche, et pour la deuxième année consécutive, connu une baisse significative.

Pour Jean-Luc Biamonti, le président de la SBM, l'impact représenté par l'interdiction de fumer dans les salles de jeux a été très net au cours de cet exercice.

Dans le secteur de l'hôtellerie, les établissements du groupe ont aussi subi les effets d'une conjoncture économique difficile, ce qui s'est traduit par une baisse de la fréquentation et un recul de 11% du chiffre d'affaires de l'activité, à 154,8 millions d'euros contre 174,9 millions d'euros l'année précédente.

"C'est un exercice difficile, mais la SBM est la plus grande entreprise privée de Monaco, et elle a des devoirs, c'est elle qui emploie le plus grand nombre de salariés, et à ce titre, son rôle social ne lui permet pas de prendre les mesures de flexibilité qui diminueraient ses côuts", a dit Jean-Luc Biamonti à la presse.

A la Bourse de Paris, l'action SBM affiche un recul de plus de 11% depuis le début de l'année. Elle a terminé vendredi à 49,00 euros.

(Pierre Thébault, avec Matthieu Protard à Paris, édité par Marc Angrand)