Renault pourrait réaliser 50% des ventes hors d'Europe en 2013

lundi 20 septembre 2010 09h03
 

PARIS, 20 septembre (Reuters) - Renault (RENA.PA: Cotation) pourrait réaliser 50% de ses ventes hors d'Europe en 2013, contre 40% actuellement, a déclaré le directeur général délégué du constructeur automobile Patrick Pélata dans le Figaro de lundi.

Le numéro deux de Renault avait déclaré jeudi soir à des journalistes, en marge d'une cérémonie, que le marché européen résistait mieux qu'il le pensait et que la baisse des ventes attendue cette année devrait être plus proche de 7%, le haut de la fourchette de -7% à -9% qu'il anticipait jusqu'ici [ID:nLDE68F22Z].

"Nous tablons cependant sur une nouvelle baisse significative, en 2011. Dans le même temps, et c'est une bonne nouvelle, nous observons un vrai dynamisme hors d'Europe, sur des marchés comme la Turquie, le Maghreb, le Brésil ou la Russie", a ajouté Patrick Pélata dans le supplément économie du Figaro.

"Au total, nous devrions donc vendre autour de 2,5 millions de voitures cette année, soit plus que l'an passé (2,3 millions). Si cette tendance se confirme, nos ventes hors d'Europe, qui représentent actuellement 40% du total, contre 11% en 1999, pourraient atteindre 50% en 2013", a-t-il ajouté.

Patrick Pélata a également indiqué que le groupe envisageait toujours un successeur à la VelSatis, la berline haut de gamme de Renault dont la production est désormais arrêtée.

"S'il devait sortir, (il) serait commercialisé, comme l'Espace, en 2013-2014", a-t-il ajouté en référence à la future 4e génération du célèbre monospace du groupe.

Les intentions de Renault dans le haut de gamme font l'objet de nombreuses interrogations depuis que les deux projets ont été gelés à cause de la crise. Elles ont été alimentées il y a peu par la décision du groupe de commercialiser en Europe sous le nom "Latitude" la berline haut de gamme SM5 fabriquée en Corée par sa filiale Renault-Samsung.

En ce qui concerne le renouvellement de l'Espace, Patrick Pélata a précisé: "Nous avons l'avons relancé récemment en réfléchissant à une voiture radicalement différente, mieux adaptée à l'après-crise en termes d'émission de CO2 et prenant en compte les changements très rapides des mentalités vis-à-vis des grosses voitures."

(Gilles Guillaume, édité par Gwénaëlle Barzic)