26 août 2010 / 05:38 / dans 7 ans

LEAD 4 C. agricole résiste au fardeau grec et à la reprise molle

* Résultat net de E379 mlns au T2 (+89%)

* Provisions pour pertes sur le crédit en recul de 13%

* Pas de “vision pessimiste” pour la fin de l‘année /DG

* L‘action prend plus de 3%

(Actualisé avec conférence de presse)

par Matthieu Protard

PARIS, 26 août (Reuters) - Crédit agricole (CAGR.PA), qui a compensé les pertes de sa filiale grecque Emporiki CBGr.AT par un net rebond de ses revenus au deuxième trimestre, ne s‘attend pas à une dégradation de ses résultats dans les trimestres à venir en cas de ralentissement de l’économie.

Le véhicule coté du premier réseau bancaire français a vu son bénéfice net augmenter de près de 89% au deuxième trimestre, à 379 millions d‘euros, là où le consensus réalisé par la rédaction de Reuters tablait sur 280 millions.

Interrogé sur les perspectives pour le reste de l‘année, son directeur général Jean-Paul Chifflet a déclaré ne pas anticiper de mauvaises nouvelles.

“Certes, l’économie peut nous perturber mais pas de manière significative”, a-t-il déclaré lors d‘une conférence téléphonique. “Nous n‘avons pas a priori de vision pessimiste sur la fin de l‘année.”

A 15h00, l‘action Crédit agricole gagnait 3,54% à 10,250 euros après avoir pris 5% dans les tout premiers échanges à la Bourse de Paris.

Toutefois, pénalisé par les inquiétudes du marché sur les conséquences de la nouvelle réglementation bancaire Bâle 3, le titre abandonne encore 17% depuis le début de l‘année et sous-performe nettement l‘indice sectoriel Stoxx 600 .SX7P des banques européennes (-5%).

“Aujourd‘hui est un meilleur jour pour Crédit agricole car ils ont dépassé les attentes. Mais nous n‘avons pas avancé sur le sujet-clé que sont les exigences de capital sous Bâle 3”, commente un analyste financier basé à Londres.

PLAN STRATÉGIQUE À 3 ANS EN MARS 2011

Fin juillet, le Comité de Bâle, qui planche sur les nouvelles normes bancaires, a assoupli son projet mais les analystes continuent de s‘interroger sur l‘ampleur des nouveaux besoins de fonds propres des banques.

“Avant de prendre des décisions irréversibles dans nos domaines d‘activités, il faudra qu‘on ait le déroulé complet du film. On n‘y est pas encore”, a réagi Bertrand Badré, le directeur financier du Crédit agricole, excluant tout besoin de procéder à une augmentation de capital.

La banque présentera le 15 décembre sa feuille de route pour les dix ans à venir et la complètera autour du mois de mars 2011 avec un plan stratégique à trois ans.

Son président Jean-Maie Sander a d‘ores et déjà clairement faire savoir que les acquisitions n’étaient pas une priorité, même s‘il juge “normal” que le groupe étudie ou soit sollicité pour des opérations.

“L‘objectif de taille n‘est pas un objectif en soi”, a-t-il fermement indiqué lors de sa première conférence de presse depuis sa prise de fonction à la tête de Crédit agricole SA en mai, en remplacement de René Carron atteint par la limite d’âge.

Avec un résultat net de 897 millions d‘euros pour l‘ensemble du groupe, le Crédit agricole rejoint le club des banques européennes qui ont dépassé les attentes au deuxième trimestre, mais les analystes estiment que ce redressement des comptes bancaires est davantage le fruit d’éléments comptables comme la baisse des provisions que le signe d‘un véritable rebond de l‘activité. (voir [ID:nLDE67319A])

A titre de comparaison, BNP Paribas (BNPP.PA) et Société générale (SOGN.PA) ont fait état début août de bénéfices nets de respectivement 2,1 milliards et 1,08 milliard d‘euros. Il était de 935 millions d‘euros pour le groupe BPCE, maison mère de Natixis (CNAT.PA). [ID:nLDE6700CH] [ID:nLDE6721B9] et [ID:nLDE6741JN]

FACTURE EMPORIKI DE PRÈS DE 4 MDS

Comme annoncé en juin, Crédit agricole a passé une nouvelle dépréciation de 418 millions d‘euros au deuxième trimestre en raison des pertes d‘Emporiki touchée de plein fouet par la récession en Grèce. [ID:nLDE65L0GQ]

Au final, la facture d‘Emporiki s’élève à près de 4 milliards d‘euros pour le Crédit agricole, a indiqué Bertrand Badré.

Au deuxième trimestre, les revenus du Crédit agricole sont en progression de 20% tandis que ses provisions pour pertes sur le crédit ressortent en repli de 13%. La banque a également confirmé le retour dans le vert de sa banque de financement et d‘investissement.

Le groupe se montre toutefois prudent sur l’évolution des provisions, qui ont nettement contribué au rebond des comptes bancaires en Europe au deuxième trimestre, et n’évoque pas une accélération du recul du coût du risque.

“Nous avons plutôt une vision de continuité, d‘une légère réduction du risque”, a souligné Jean-Paul Chifflet.

Voir aussi:

* Crédit agricole pourrait s‘intéresser à Pioneer [ID:nLDE67P0LF]

* LE POINT sur l‘actualité des banques [BANK/FR]

* Graphique interactif comparant les banques européennes (au 05/08/2010):

here

Avec la contribution de Lionel Laurent, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below