2 août 2010 / 10:16 / il y a 7 ans

LEAD 2 France/Auto - Le recul des immatriculations s'accentue

* Immatriculations -12,9% en juillet, contre -1,2% en juin

* Le marché reste encore en hausse de 2,8% sur l‘année

* Le coup de fouet de la prime à la casse continue de s‘estomper

* Vers une chute de 30% du marché espagnol au second semestre

(Actualisé avec commentaire d‘analyste, précisions et ventes espagnoles)

par Gilles Guillaume

PARIS, 2 août (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont reculé de 12,9% en juillet sur un an, accélérant comme prévu leur baisse sur fond de disparition progressive de la prime à la casse.

Le Comité des constructeurs français d‘automobiles (CCFA) a annoncé lundi que les immatriculations étaient ressorties à 169.804 unités dans l‘Hexagone le mois dernier. Juillet 2010 ayant compté 21 jours ouvrables contre 22 l‘an dernier, la baisse des ventes à nombre de jours ouvrables comparable (CJO) ressort à 8,7%.

En juin, elle avait été de 1,2% en données brutes et de 5,7% en données CJO.

“L‘effet grande prime à la casse commence à se réduire. Mais nous avons une décroissance lente, pas un effet à l‘allemande, ce qui est plutôt positif”, a souligné un porte-parole du CCFA.

Outre-Rhin, la prime à la casse avait été supprimée aussitôt que l‘enveloppe allouée au départ avait été épuisée, provoquant une rechute rapide des ventes. En France, le gouvernement a opté pour une sortie progressive du dispositif puisque la prime, de 1.000 euros l‘an dernnier, a été réduite à 700 euros au 1er janvier puis à 500 euros au 1er juillet.

“On grignote progressivement notre avance, et nous pensons toujours que l‘année devrait s‘achever autour de deux millions d‘immatriculations de voitures neuves en France”, poursuit le porte-parole du CCFA.

“On revient donc à un marché plus normal, avec une deuxième partie d‘année traditionnellement plus faible. Sauf que cette fois, la fin d‘année sera beaucoup moins bonne avec l‘effet de base défavorable de la fin 2009.”

Sur les sept premiers mois de 2010, les immatriculations dans l‘Hexagone ressortent encore en hausse de 2,8% en données brutes à 1.382.240 unités, et de 2,1% à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à la même période de 2009.

Sur six mois, le marché était en augmentation de 5,4% en données brutes et de 3,7% en données CJO.

UNE DÉGRADATION ANNONCÉE

Lors de la publication, la semaine passée, de leurs résultats semestriels, marqués par un retour au bénéfice, les deux constructeurs français ont prévenu que les prochains mois seraient plus difficiles.

PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA) a souligné que le contexte économique aurait un impact négatif au second semestre, mais tout en maintenant son objectif d‘un résultat opérationnel courant positif sur l‘année. (voir [ID:nLDE66Q131])

Renault (RENA.PA) a maintenu lui aussi son objectif annuel - un free cash flow positif - mais souligné le risque de voir les pressions sur les prix s‘accroître dans un environnement toujours incertain pour le secteur. [ID:nLDE66T0Z5]

“Les constructeurs restent prudents car ils ne savent pas précisément ce qui va se produire en fin d‘année”, commente Philippe Barrier, analyste du secteur chez SocGen. “Mais pour l‘heure, le recul des immatriculations est en ligne avec notre hypothèse d‘une baisse de 8% du marché français en 2010.”

En Espagne, où les aides ont désormais pris fin et où la TVA a été relevée le 1er juillet, les ventes de voitures neuves ont chuté de 24,1% le mois dernier. Selon l‘Anfac, l‘association nationale des constructeurs, les nouvelles immatriculations devraient trébucher de 30% au second semestre. [ID:nLDE6710QS]

Malgré le succès des 207 et 206+, deuxième famille de voiture la plus vendue en France en juillet, les immatriculations du groupe PSA Peugeot Citroën (PEUP.PA) se sont contractées de 15,0% sur le mois.

Les ventes du groupe Renault (RENA.PA) se sont repliées quant à elles de 7,6%. Pour la seule marque low cost Dacia (Logan, Sandero et Duster), elles ressortent en forte hausse de 47,5% sur le mois, tandis que celles de la marque au losange ont reculé de 15,9% malgré la performance de la gamme Mégane, famille de voitures la plus vendue en France le mois dernier.

Les immatriculations des seules marques françaises, qui ont le plus bénéficié de la demande suscitée par la prime à la casse, ont reculé de 15,4% en juillet tandis que celles des marques étrangères ont baissé de 9,9%. Malgré cela, les huit modèles les plus vendus en juillet en France sont signés Renault, Dacia ou PSA. Le premier modèle d‘un constructeur étranger, la Polo de l‘allemand Volkswagen (VOWG.DE), ne vient qu‘en neuvième position.

La baisse annoncée des ventes aux particuliers sur la deuxième moitié de l‘année pourrait être atténuée par la remontée des commandes professionnelles pour les utilitaires et les flottes. En juillet, les immatriculations de véhicules commerciaux légers, segment sur lequel les constructeurs réalisent des marges très supérieures aux voitures, ont encore rebondi de 13,4% (+18,8% CJO).

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below