2 août 2010 / 05:05 / dans 7 ans

LEAD 4 BNP porté par un bon T2,serein face aux plans d'austérité

* Résultat net de E2.105 mlns au T2 (consensus E1,7 md)

* Coût du risque en recul de près de 54%

* Après Fortis, BNP n‘a pas besoin d‘acquisition /DG

* Le titre signe la plus forte hausse du CAC 40

* Graphique interactif comparant les résultats des banques européennes:

here

(Actualisé avec commentaires d‘analystes, conférence de presse, cours de Bourse)

par Matthieu Protard

PARIS, 2 août (Reuters) - BNP Paribas (BNPP.PA), qui a profité au deuxième trimestre d‘un recul plus prononcé que prévu de ses provisions, a affiché lundi une certaine sérénité face aux conséquences possibles des plans d‘austérité budgétaire en Europe sur ses activités et ses revenus.

La deuxième banque de la zone euro par la capitalisation boursière, après l‘espagnole Santander (SAN.MC), a vu ses provisions pour risque de perte sur le crédit baisser de 53,9% à 1,08 milliard d‘euros pour le trimestre clos fin juin, compensant la baisse des revenus dans ses activités de marché.

Son résultat net ressort par conséquent au-dessus des attentes des analystes, en hausse de 31,2% à 2,105 milliards d‘euros.

A 13h05, l‘action BNP Paribas, plus forte hausse du CAC 40 .FCHI, gagnait 5,2% à 55,45 euros et surperformait l‘indice de référence Stoxx 600 .SX7P des banques européennes en hausse de 3,1%. Depuis le début de l‘année, le titre ne perd plus que 1,2%.

“On revient très rapidement dans les grandes banques de détail comme BNP et HSBC (HSBA.L) à un niveau de provisions extraordinairement proche d‘avant la crise”, commente François Chaulet, directeur général de Montségur Finance.

“BNP Paribas présente des résultats toujours très solides qui figureront sans doute, après toutes les publications, parmi les trois meilleurs d‘Europe sur ce trimestre”, relève encore Pierre Chedeville, analyste chez CM CIC Securities.

Le consensus établi par la rédaction de Reuters tablait en moyenne sur un résultat net en hausse de 8% seulement à 1,7 milliard d‘euros et sur des provisions en repli de 36%. (voir [ID:nLDE66Q1FK])

PAS DE RETOUR EN RÉCESSION

La banque britannique HSBC, qui publiait aussi ses comptes lundi, a également dépassé les attentes au deuxième trimestre grâce à une chute des provisions. [ID:nLDE6710L7]

Ailleurs en Europe, les banques suisses UBS UBSN.VX et Credit Suisse CSGN.VX ont elles aussi annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché. [ID:nLDE6710L7]

Baudouin Prot, le directeur général de BNP Paribas, estime que la décrue des provisions, qui avaient fortement augmenté en 2009 du fait de la crise, est désormais une tendance durable.

“C‘est la conséquence de la reprise économique”, a-t-il expliqué sur la radio BFM. “J‘exclus tout à fait l‘idée d‘un retour en récession.”

La banque n‘exclut toutefois pas une nouvelle hausse du coût du risque en Italie, où elle est présente à travers sa filiale BNL, mais le directeur général a tenu à préciser que cette hausse serait “modérée”.

Interrogé sur les mesures de rigueur budgétaire mises en place par les gouvernements européens, Baudouin Prot a considéré, lors d‘une conférence de presse, que cette austérité ne viendrait que “modérément” modifier les prévisions de la banque.

“Le plan d‘austérité va libérer l’économie”, a expliqué de son côté Philippe Bordenave, le directeur financier de la banque, en marge de la conférence. “L‘Etat s’était substitué aux banques au moment de la crise. Il est obligé d‘arrêter maintenant. Il faut qu‘il soit remplacé par des initiatives privées, par du financement par les banques.”

MEILLEURES CONDITIONS DE MARCHÉ ESPÉRÉES AU T3

BNP Paribas, qui a racheté l‘an dernier la banque belge Fortis, affirme ne pas avoir besoin de procéder à des acquisitions sans pour autant exclure “d’être présent sur quelques dossiers”.

Interrogé plus spécifiquement sur la Pologne, où le marché prête à BNP l‘intention de faire une acquisition, le groupe s‘est refusé à tout commentaire sur un intérêt pour la banque polonaise Zachodni.

Les résultats publiés par les banques européennes, qui augurent d‘une amorce de reprise économique, alimentent une série de bonnes nouvelles qui profitent depuis plusieurs jours au secteur bancaire européen.

Les résultats des “stress tests” auxquels ont été soumises 91 banques de l‘Union européenne et l‘annonce par le Comité de Bâle d‘un assouplissement de son projet de réglementation ont en effet contribué à dissiper les inquiétudes des investisseurs sur la solidité des bilans du secteur.

Voir aussi:

* LE POINT sur les banques [BANK/FR]

Avec Lionel Laurent, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below