July 30, 2010 / 6:02 AM / 7 years ago

LEAD 2 PPR-La croissance organique accélère, la marge progresse

7 MINUTES DE LECTURE

* Croissance organique de 11% dans le luxe au T2

* La marge opérationnelle progresse de 1,2 point

* Contre-performance de Gucci en Amérique du Nord

* Le titre en baisse

(Actualisé avec précisions, déclarations du PDG, cours)

par Pascale Denis

PARIS, 30 juillet (Reuters) - Porté par une accélération de la croissance du luxe et de Conforama et par ses plans d'économies, PPR (PRTP.PA) a publié vendredi des résultats semestriels supérieurs aux attentes et a dit anticiper une poursuite de l'amélioration de ses performances dans la seconde partie de l'année.

Le groupe, qui a entamé son recentrage sur le luxe et les marques de sport ou de mode avec la cession d'une majorité du capital de CFAO CFAO.PA, a fait état d'importantes marques d'intérêt pour les enseignes qu'il souhaite céder (Conforama, Redcats et Fnac) et dont la rentabilité s'est redressée.

"Il y a des marques d'intérêt très importantes sur nos actifs de retail (...) Après nos résultats, cela va encore s'accélérer", a déclaré François-Henri Pinault, PDG du groupe, lors d'une conférence consacrée aux résultats.

Il s'est dit "plus déterminé que jamais à ne pas vouloir les brader" et a rappelé qu'il ne procèderait à aucune acquisition stratégique sans avoir au préalable procédé à des cessions, afin de préserver la notation financière (BBB-) du groupe.

Les ventes de PPR ont atteint 4.009 millions d'euros au deuxième trimestre, un chiffre supérieur à la prévision des analystes interrogés par Reuters (3.865 millions).

La croissance organique est quant à elle ressortie à 2%, après une progression de 1,3% au premier trimestre, tirée par le luxe dont la hausse des ventes s'est accélérée à 11% à données comparables (+6% au premier trimestre), alors que les analystes attendaient en moyenne 8%.

La seule marque Gucci, qui compte pour l'essentiel des profits du pôle, a vu ses ventes progresser de 9,4%.

Hausse De La Rentabilite

Récoltant les effets des programmes de réductions de coûts mis en place en pleine crise, le résultat opérationnel courant a grimpé de 20,7% à 708 millions d'euros (alors que les analystes tablaient sur 648 millions), faisant progresser de 1,2 point la rentabilité à 8,7%, contre 7,5% il y a un an et 8,4% fin 2009.

Tout comme les chiffres d'Hermès (HRMS.PA) et LVMH (LVMH.PA), ceux de PPR confirment le rebond des ventes du secteur luxe, dans des proportions moindres, cependant, pour PPR.

La croissance d'Hermès et du pôle mode et maroquinerie de LVMH a en effet atteint 20% et 14% respectivement au 2e trimestre, les deux grands concurrents de Gucci Group étant moins exposés aux ventes en gros plus sensibles aux aléas de la conjoncture.

En outre, l'image de Hermès ou LVMH, qui pratiquent peu ou pas de soldes, n'a pas souffert des très importants rabais accordés sur les marques de PPR, notamment chez les distributeurs américains.

Dans le luxe, François-Herni Pinaut a estimé que les performances "devraient continuer de s'améliorer" dans la deuxième moitié de l'année, grâce à une forte demande en provenance d'Asie.

Il s'est aussi voulu confiant sur le redressement des ventes de Gucci en Amérique du Nord, où elles ont baissé sur le semestre et où PPR attend une amélioration "sensible" au deuxième semestre après le renouvellement du management aux Etats-Unis.

Concernant Puma (PUMG.DE), autour duquel le groupe entend construire un pôle de marques de "lifestyle" et qui a averti jeudi qu'il pourrait ne pas atteindre ses objectifs annuels (voir [ID:nLDE66S1WC]), le patron de PPR s'est également voulu confiant.

BAISSE DU TITRE Il a reconnu que la marque n'avait pas "capté" la croissance - ses ventes ont chuté de 7,7% au 2e trimestre - mais a assuré qu'elle disposait d'un "fort potentiel de développement à l'international", notamment en Chine.

Le PDG de PPR a estimé que le secteur du "lifestyle" devrait bénéficier de la reprise en 2010, tout en disant rester prudent sur l'évolution de la consommatin des ménages en Europe.

Malgré des résultats généralement salués comme très positifs par les analystes, le titre cède 0,73% à 101,60 euros à la Bourse de Paris, alors que LVMH avance de 1% et que Hermès progresse de 0,50%.

"On vend les bonnes nouvelles", lâche un trader qui rappelle que la valeur a pris 20% depuis le début de l'année.

A ce niveau de cours, elle signe la deuxième plus forte hausse du luxe européen, après Hermès (HRMS.PA) qui grimpe de 40% malgré des multiples de valorisation les plus élevés du secteur.

Dans les activités grand public destinées à être cédées, la croissance est ressortie à 6,5% pour la chaîne d'ameublement Conforama et à 2,5% pour la Fnac, alors que les ventes ont baissé de 1,9% chez Redcats, les activités de vente à distance regroupant notamment La Redoute.

Au niveau du résulat opérationnel, les marges du luxe ont progressé partout, avec une hausse de 1,5 point pour Gucci, de 2,0 points pour Bottega Veneta et un bond de 10 points pour Yves Saint Laurent, qui limite sa perte opérationnelle à 6,0 millions d'euros.

Le bénéfice net part du groupe des activités poursuivies hors éléments exceptionnels a quant à lui atteint 407 millions d'euros, en hausse de 87%, au premier semestre.

Voir aussi:

* LVMH confirme sa reprise et voit sa rentabilité rebondir [ID:nLDE66Q1FQ]

* Hermès-Objectifs relevés, le rebond du luxe se confirme [ID:nLDE66J02D]

Edité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below