29 juillet 2010 / 16:35 / dans 7 ans

LEAD2 St-Gobain-Les économies et le recul de l'euro dopent le S1

* CA +4,3% au S1, bénéfice d‘exploitation +55,4%

* Effet de change “significatif”, 450 millions d‘euros d’économies sur la période

* Nette amélioration de l‘activité entre T2 et T1

* Objectif de forte croissance du Rex en 2010 maintenu

(Actualisé avec conférence téléphonique, analyste et précisions)

par Gilles Guillaume et Michel Rose

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Saint-Gobain (SGOB.PA) a publié jeudi des résultats semestriels en fort rebond, l‘impact de la reprise de l‘activité au deuxième trimestre ayant été amplifié par la baisse de l‘euro et par des réductions de coûts.

Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction a confirmé son objectif d‘une forte hausse du bénéfice d‘exploitation en 2010, avec une légère croissance séquentielle attendue d‘une semestre sur l‘autre, grâce à la poursuite de l‘amélioration de la conjoncture, même si celle-ci reste encore hésitante.

“L‘environnement économique est globalement en amélioration et, dans ce contexte, les résultats de Saint-Gobain au premier semestre ont été marqués par un fort rebond”, a souligné Pierre-André de Chalendar, PDG du groupe, au cours d‘une conférence téléphonique.

Saint-Gobain a réalisé sur les six premiers mois de l‘année un chiffre d‘affaires de 19,53 milliards d‘euros, en hausse de 4,3% grâce à une nette amélioration de l‘activité entre le premier et le deuxième trimestre.

La croissance a également bénéficié d‘un effet de change significatif de trois points, conséquence de la baisse de l‘euro par rapport notamment aux devises des pays émergents où le groupe est implanté, comme le Brésil.

Les réductions de coûts - 450 millions d‘euros sur le semestre, dont 400 millions correspondant à des mesures engagées en 2009 et 50 millions liés à des nouvelles mesures prises en 2010 - ont exercé un fort effet de levier opérationnel puisque le bénéfice d‘exploitation a grimpé de 55,4% à 1,44 milliard d‘euros.

“Le résultat d‘exploitation est meilleur que mes estimations. Cela vient d‘une bonne surprise des matériaux de haute performance, dont les résultats sont meilleurs que prévu, et, autre agréable surprise, de l‘aménagement extérieur qui progresse plus qu‘attendu”, commente Jean-Christophe Lefèvre-Moulenq, analyste chez CM-CIC Securities.

“L‘autre surprise, c‘est la distribution bâtiment, meilleure qu‘attendu malgré l‘attentisme des ménages. La seule déception, vient du vitrage, moins bon que prévu, a cause des hausses de tarifs intervenues seulement en mai.”

ACQUISITIONS EN VUE AU S2

Saint-Gobain, qui a confirmé son objectif de 600 millions d‘euros d’économies pour l‘année en cours, aura réalisé depuis le début de la crise un total de 2,1 milliards d‘euros de réductions de coûts sur les trois années 2008, 2009 et 2010.

Le bénéfice net, part du groupe, a été multiplié par près de quatre (+291,4%) à 501 millions d‘euros. Fort d‘un autofinancement libre en hausse de 79,5% à 987 millions d‘euros, Saint-Gobain a également réduit 16,6% sur un an sa dette pour la ramener à 9,1 milliards d‘euros au 30 juin. Pour 2010, l‘objectif d‘autofinancement libre est porté à 1,4 milliard d‘euros, contre un milliard jusqu’à présent.

Le groupe entend désormais utiliser cette structure financière renforcée pour intensifier son développement.

“Au deuxième semestre, nous allons intensifier notre politique d‘investissements industriels et reprendre de façon plus nette le chemin des acquisitions”, a ajouté Pierre-André de Chalendar, précisant qu‘il envisageait dans un premier temps de petites opérations axées avant tout sur l‘Asie et les pays émergents, l‘efficacité énergétique et le solaire.

Interrogé sur le projet de cession du pôle conditionnement, longtemps reporté dans l‘attente d‘une amélioration des conditions de marché, il a répondu que le projet était toujours d‘actualité et que “les conditions allaient être réunies”, sans plus de précisions.

Avant la publication des résultats, Saint-Gobain a clôturé à 33,29 euros (+0,45%) à la Bourse de Paris, donnant une capitalisation boursière de l‘ordre de 17,6 milliards. Depuis le début de l‘année, le titre a perdu 13% environ, après un gain de 25% environ sur l‘ensemble de 2009.

Edité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below