29 juillet 2010 / 07:40 / il y a 7 ans

LEAD 2 Dassault - Pas de reprise rapide de l'aviation d'affaires

* Rex S1 en hausse de 104% à E248 mlns

* Augmentation des livraisons de Falcon

* Les stocks d'avions d'occasion restent élevés

par Tim Hepher

SAINT-CLOUD, Hauts-de-Seine, 29 juillet (Reuters) - Dassault Aviation (AVMD.PA) a déclaré jeudi ne pas entrevoir de reprise du marché de l'aviation d'affaires à court terme et a estimé que l'augmentation des dettes publiques conduirait à une réduction des budgets de défense dans le monde.

Le constructeur des avions d'affaires Falcon et des avions de combat Rafale, concurrent de l'américain Textron (TXT.N) et du canadien Bombardier (BBDb.TO), a néanmoins fait état de résultats semestriels en hausse, portés par une augmentation de ses livraisons dans le segment civil, et a confirmé viser un chiffre d'affaires 2010 stable.

"Notre marché (évalué à quelque 20 milliards de dollars par an) est entièrement corrélé à l'économie", a souligné Charles Edelstenne, PDG de Dassault Aviation, au cours d'une conférence de presse.

"Il y a eu un tout début de frémissement cette année et puis est intervenue la crise grecque qui a encore gelé le marché de l'aviation d'affaires et fait disparaître la confiance générale", a-t-il ajouté.

L'action Dassault Aviation cédait 1,29% à 600,16 euros à 11h50, dans un marché globalement en hausse à la Bourse de Paris.

Dans un communiqué, Dassault note que "le chiffre d'affaires 2010 devrait être comparable à celui de 2009, avec des livraisons de l'ordre de 85 Falcon et de 11 Rafale" (à l'armée française). Jusqu'ici, Dassault Aviation anticipait la livraison de 80 Falcon.

"Compte tenu du niveau important du stock mondial d'avions d'occasion disponibles à la vente, le groupe n'anticipe pas de reprise du marché de l'aviation d'affaires à court terme. L'augmentation des dettes publiques va conduire à une réduction des budgets de défense, notamment en France", poursuit le constructeur.

Le ministère de la Défense se prépare effectivement à réduire le budget des armées de 3,5 milliards d'euros au cours de la période 2011-2013, sur une enveloppe globale initialement chiffrée à 95 milliards. (voir [ID:nLDE6610VR])

DEUX FALCON COMMANDÉS AU S1

Entre janvier et juin, Dassault Aviation a enregistré seulement deux commandes de Falcon. Au premier semestre 2009, la société avait enregistré 56 annulations du fait de la crise et des polémiques entourant les avions d'affaires des dirigeants d'entreprises.

Les livraisons ont porté sur 45 Falcon, contre 26 au premier semestre 2009, et sur cinq Rafale, contre sept un an plus tôt.

Le résultat opérationnel a progressé de 104% à 248 millions d'euros au premier semestre, tandis que le résultat net a augmenté de 37% à 170 millions. Le chiffre d'affaires a monté de 44% à 1,99 milliard.

Dassault Aviation a indiqué être en discussion avec plusieurs "prospects export" pour le Rafale. Il espère décrocher une commande à l'international d'ici à la fin de l'année, notamment au Brésil où l'armée de l'air doit renouveler sa flotte d'avions de combat.

"Je suis confiant. Pour le moment, je n'ai pas perdu mais je n'ai pas gagné non plus. Il y a l'élection présidentielle (en octobre au Brésil) et (la décision) est entièrement dans les mains des politiques", a expliqué Charles Edelstenne.

Interrogé sur l'échec des discussions entre les équipementiers Safran (SAF.PA) et Thales (TCFP.PA), dont Dassault contrôle 26%, concernant d'éventuels échanges d'actifs dans la défense, Charles Edelstenne en a attribué la responsabilité à Safran.

"Safran voulait l'avionique de Thales. C'est comme si je leur demandais leurs moteurs", a-t-il dit.

Safran est la maison mère du motoriste Snecma.

Safran et Thales ont décidé en mai de mettre fin à leurs entretiens. Leur grand client et actionnaire commun, l'Etat français, continue de plaider pour une rationalisation de leurs activités. [ID:nLDE64A0M9]

"Pour le moment rien ne se passe et le problème a été remis à plus tard", a noté Charles Edelstenne, avant d'indiquer qu'il avait toute confiance en Luc Vigneron, PDG de Thales depuis mai 2009.

Voir aussi:

* Le communiqué des résultats: here

* AVANT-PAPIER Dernière ligne droite pour le Rafale au Brésil [ID:nLDE64H1Y9]

Avec Matthias Blamont, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below