AstraZeneca double ses rachats d'actions, résultats solides

jeudi 29 juillet 2010 09h45
 

LONDRES, 29 juillet (Reuters) - AstraZeneca (AZN.L: Cotation) a annoncé jeudi le doublement de son programme de rachats de titres pour 2010, encouragé par la publication des résultats solides et après le feu vert accordé par un groupe d'experts de l'autorité sanitaire américaine à son anticoagulant Brilinta, un "blockbuster" potentiel.

Le titre gagnait plus de 4% à la Bourse de Londres en début de séance, la meilleure performance de l'indice Stoxx paneuropéen du secteur , qui prenait alors 0,9%. L'annonce de cette recommandation par les membres d'un comité de la Food and Drug Administration (FDA) a éclipsé en partie la publication de résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre, avec une hausse du 9% du bénéfice par action (BPA).

Le Brilinta, dont le chiffre d'affaires annuel pourrait dépasser le milliard de dollars, est l'une des clés de la croissance future du groupe, confronté à la menace d'une baisse des ventes de médicaments plus anciens en raison de l'expiration de certains brevets.

Le béénfice d'exploitation brut du groupe, qui exclut certains coûts de restructuration et certaines charges, a progressé de 5% au deuxième trimestre à 3,53 milliards de dollars, soit 1,79 dollar par action, pour un chiffre d'affaires en hausse de 3% à 8,18 milliards de dollars.

Les prévisions du consensus Thomson Reuters I/B/E/S tablaient sur un BPA de 1,53 dollar et un chiffre d'affaires de 8,1 milliards de dollars.

S'appuyant sur ces résultats, le groupe a relevé de 30 cents sa prévision de BPA pour l'ensemble de 2010, à 6,65 dollars contre 6,32 dollars en 2009.

Le deuxième semestre de l'année pourrait être plus difficile pour le groupe en raison de la concurrence croissante des génériques. Mais la confirmation par la justice américaine le mois dernier du brevet de son anticholestérol Crestor lui a visiblement donné la confiance nécessaire pour renforcer son programme de rachats d'actions.

Le groupe prévoit en effet d'y consacrer deux milliards de dollars cette année, contre un milliard prévu initialement.

(Ben Hirschler, Catherine Monin pour le service français, édité par Marc Angrand)