29 juillet 2010 / 05:37 / il y a 7 ans

LEAD 2 Publicis relève ses objectifs 2010 après un solide S1

* Revenu E2.538 mlns au S1, croissance organique 5,3%

* Marge opérationnelle E369 mlns au S1, taux 14,5%

* Gains de budgets nets $2,1 mds au S1

* Vise une croissance organique 2010 supérieure à 3,5%

* Espère une marge opérationnelle 2010 au-dessus de 15%

(Actualisé avec réaction d'analyste, cours §4-6)

par Cyril Altmeyer

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Publicis (PUBP.PA) a relevé jeudi ses anticipations pour 2010 après avoir largement dépassé les attentes au premier semestre à la faveur de gains de budgets et de dépenses accrues de ses clients.

Le troisième groupe publicitaire mondial en termes de revenus anticipe désormais pour 2010 une croissance organique supérieure au rythme de 3,5% anticipé pour le marché mondial par sa filiale ZenithOptimedia. Il prévoyait auparavant une croissance supérieure à 3%.

Le président du directoire, Maurice Lévy, a en outre précisé à la presse que Publicis espérait dépasser en 2010 le taux de marge opérationnelle de 15% enregistré en 2009, alors qu'il s'attendait auparavant à le stabiliser à ce niveau.

L'action gagnait 0,26% à 34,405 euros vers 10h25, portant la hausse depuis le début de l'année à plus de 20% pour le groupe, dont la capitalisation boursière dépasse 6,5 milliards d'euros.

"Ces résultats démontrent une nouvelle fois le statut de meilleur de la classe de Publicis (...) ce qui devrait entraîner de modestes relèvements de prévisions", écrit UBS dans une note.

"Cela dit, avec un PER de 14 fois sur les bénéfices 2011, contre 11 fois pour ses pairs, nous estimons que c'est déjà inscrit dans le cours dans une certaine mesure".

Publicis a dégagé un revenu de 2.538 millions d'euros au premier semestre, en croissance organique de 5,3%.

Les 12 analystes interrogés par la rédaction de Reuters anticipaient en moyenne un revenu de 2.440 millions d'euros, avec une croissance organique de 4,3%.

Sur le seul deuxième trimestre, le groupe affiche une croissance organique de 7,1% contre 6% pour l'américain Omnicom (OMC.N), numéro deux mondial.

"La croissance du groupe a été nourrie par les gains de budgets de 2009 ainsi que par l'augmentation des investissements publicitaires des grands clients", indique Publicis dans un communiqué, faisant écho au constat d'Omnicom.

Publicis a engrangé pour 2,1 milliards de dollars de gains de budgets nets au premier semestre, parmi lesquels des contrats pour Nokia NOK1V.HE ou Goodyear GT.N.

"Publicis s'est renforcé pendant la crise", a estimé Maurice Lévy, se disant "agréablement surpris" par le dynamisme de l'activité du groupe au premier semestre.

"On a des raisons de penser que la croissance que nous connaissons et qui est supérieure à celle du marché a de bonnes raisons de se poursuivre au-delà de cette année, qu'elle est durable", a-t-il ajouté.

RISQUES EN EUROPE ET AUX USA

ZenithOptimedia a relevé la semaine dernière de 2,2% à 3,5% sa prévision de croissance du marché mondial en 2010 au vu de l'étonnante vigueur des dépenses des annonceurs aux Etats-Unis et en Europe au premier semestre. (voir [ID:nLDE66F1NM])

Maurice Lévy s'est toutefois montré prudent pour ces deux régions en raison du possible impact des plans d'austérité en Europe et des risques de ralentissement aux Etats-Unis.

"Il y a des indications que le marché pourrait ralentir, donc j'en tiens compte. Même dans ce marché qui ralentira, Publicis fera non seulement mieux que le marché, mais mieux que ce que nous avons annoncé à ce jour", a-t-il affirmé.

Publicis n'a toutefois pas pour l'instant constaté d'essoufflement du dynamisme en Amérique du Nord, où il a enregistré une croissance organique de 6,6% au premier semestre.

En Europe, où le rythme a été deux fois moins élevé, il a identifié des marchés de croissance "saine", comme la France et le Royaume-Uni, ne bénéficiant pas seulement de comparatifs favorables ou d'opérations ponctuelles.

Maurice Lévy a noté que des secteurs comme les biens de consommation courante, la distribution et les télécoms restaient dynamiques, tandis que le groupe gagnait des parts de marché dans la pharmacie. Le secteur financier redémarre et l'automobile montre des signes positifs, a-t-il ajouté.

Publicis a dégagé une marge opérationnelle de 369 millions d'euros au premier semestre, avec un taux en hausse de 1,5 point sur un an à 14,5%. Les analystes attendaient 326 millions et 13,4% respectivement.

Le groupe espère ramener en 2012-2013 sa marge à son niveau record de 16,7% enregistré en 2008 et le dépasser ensuite.

Publicis réalise désormais la moitié de son revenu dans le numérique et les pays émergents à forte croissance, avec un objectif de 60% pour les deux d'ici trois à quatre ans.

Maurice Lévy a indiqué que le groupe resterait à l'affût d'acquisitions dans ces deux domaines - avec un plan de développement en Chine prévu pour l'automne - mais aussi dans l'achat d'espaces ou dans des agences de publicité créatives.

Voir aussi :

* ANALYSE Les émergents à la rescousse du marché publicitaire [ID:nLDE65N28D]

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below