July 27, 2010 / 4:13 PM / 7 years ago

LEAD 2 LVMH confirme sa reprise et voit sa rentabilité rebondir

5 MINUTES DE LECTURE

* Légère accélération de la croissance organique au T2

* Forte hausse des marges

* Le groupe se dit "très confiant" pour le 2e semestre

(Actualisé avec conférence téléphonique)

par Pascale Denis

PARIS, 27 juillet (Reuters) - LVMH (LVMH.PA) a fait état mardi d'un rebond de ses ventes au premier semestre et d'une forte progression de sa rentabilité, qui retrouve son niveau d'avant la crise grâce aux performances de Louis Vuitton et à la reprise des activités qui avaient été lourdement pénalisées par les déstockages.

Après Hermès (HRMS.PA) et Burberry (BRBY.L), les chiffres du géant mondial du luxe viennent confirmer la reprise observée au premier trimestre, après une année 2009 marquée par la plus forte contraction de l'histoire du secteur, avec des ventes en baisse de 8%, selon les estimations du cabinet Bain & Co.

Bernard Arnault, PDG du groupe, a estimé lors d'une conférence téléphonique que malgré les incertitudes entourant l'évolution de la croissance mondiale, le positionnement du groupe comme l'évolution favorable du marché du luxe lui permettaient d'être "très confiant" pour la deuxième partie de l'année.

Il a précisé que l'activité s'était poursuivie, en juillet, "sur les mêmes données" qu'au premier semestre.

LVMH a vu ses ventes atteindre 9,09 milliards d'euros, un chiffre très légèrement supérieur au consensus réalisé par la rédaction de Reuters (8,87 milliards d'euros), affichant une progression de 16% en données publiées.

En données comparables, la croissance s'est confirmée, la progression des ventes ressortant à 15% au deuxième trimestre, contre seulement 12% attendus en moyenne par les analystes et après 13% au premier trimestre.

Bond en Avant Du Resultat Operationnel

Profitant à plein de la bonne dynamique de ses ventes et des programmes de réduction de coûts mis en place en 2009, en pleine crise, le résultat opérationnel courant a bondi de 33% à 1,816 milliard d'euros (consensus Reuters de 1,7 milliard).

De fait, la marge opérationnelle du groupe, a progressé de 2,5 points à 19,9% (contre 17,5% un an auparavant), retrouvant son niveau du premier semestre 2008, avant la faillite de Lehman Brothers et l'aggravation de la crise financière.

Bernard Arnault a précisé que "la politique de gestion rigoureuse", qui permet d'augmenter sensiblement les résultats par rapport à la croissance du chiffre d'affaires serait poursuivie, de même que la sélectivité des investissements.

Le cash flow disponible du groupe s'est accru de 809 millions d'euros à 1,14 milliard d'euros et l'endettement net a reculé de 20% fin 2009 à 16%.

Le résultat net est ressorti en hausse de 53% à 1,05 milliard d'euros.

Sans surprise, ce sont les activités qui avaient le plus souffert de la crise et des déstockages - à savoir les vins et les spiritueux (Moët & Chandon, Dom Perignon ou Ruinart) et les montres-joaillerie (Tag Heuer, Zénith, Fred ou Chaumet) - qui ont enregistré les plus fortes hausses de leurs ventes (+18% et +24% respectivement en données comparables).

Dans la mode-maroquinerie, la division la plus rentable du groupe grâce à Louis Vuitton, son principal centre de profit, les ventes ont grimpé de 14%.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 10% dans les parfums et cosmétiques (Dior, Givenchy ou Guerlain) et de 13% dans la distribution sélective (la chaîne de parfumerie Séphora, le grand magasin Le Bon Marché, ou le réseau DFS de ventes en hors taxes au voyageurs).

Le titre a clôturé à 92,26 euros à la Bourse de Paris mardi, en repli de 2,9%, pour une progression de 17,7% depuis le début de l'année, surperformant l'indice européen diversifié des biens de consommation .SXQP qui avance de 13,7% sur la période.

La valeur se traite sur des multiples de valorisation d'environ 18 fois ses bénéfices estimés pour 2011, contre 16 fois pour la moyenne du secteur hors Hermès (HRMS.PA).

Voir aussi

* Hermès - Objectifs relevés, le rebond du luxe se confirme [ID:nLDE66J02D]

* Burberry - Le chiffre d'affaires supérieur aux attentes au T1 [ID:nLDE66C0XP]

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below