ENCADRE Méthodologie des "stress tests" des banques européennes

vendredi 23 juillet 2010 17h55
 

LONDRES, 23 juillet (Reuters) - Les régulateurs européens ont passé au crible 91 des principales banques de l'Union européenne pour s'assurer que leurs niveaux de fonds propres soient suffisants pour leur permettre de faire face à des chocs plus sévères encore que la faillite de la banque Lehman Brothers en septembre 2008, qui avait déclenché un quasi-effondrement des marchés financiers mondiaux.

Le Comité européen des contrôleurs bancaires (CEBS), composé des régulateurs des 27 pays membres de l'UE, ont procédé à des tests utilisant trois scénarios, dont un de base et deux intégrant une crise économique aiguë.

Les banques incapables de maintenir un ratio de fonds propres Tier 1 d'au moins 6% d'ici fin 2011 dans le plus dur des ces scénarios seront considérées comme ayant échoué aux tests.

Voici les principaux paramètres utilisés pour les tests, les deuxièmes du genre mensés par le CEBS en deux ans, et les principaux critères employés pour les trois scénarios:

PARAMETRES PRINCIPAUX

Les 91 banques sous revue représentent 65% du total des actifs bancaires de l'UE et au moins la moitié des actifs bancaires dans chacun des 27 pays membres. Les banques sont testées sur une base consolidée, qui inclut donc aussi toutes leurs filiales.

La base de test est la situation des banques à la fin 2009. Tous les établissements ont dû passer des tests similaires, portant sur les risques sur les "trading books" (portefeuilles d'actifs financiers) et les "banking books" (portefeuilles bancaires), l'exposition au crédit immobilier, d'entreprises et aux prêts interbancaires ainsi qu'à la volatilité des taux d'intérêt et aux risques de crédit.

Les tests n'ont pas examiné les niveaux de liquidités en raison des travaux distincts du CEBS et du Comité de Bâle sur les nouvelles règles en la matière.   Suite...